Skip links

La guérison physique fait-elle partie du salut?

La rédemption accomplie par Jésus-Christ inclut-elle la guérison physique? Ma réponse est oui! Je suis cependant cessationniste et je ne crois pas aux pratiques de guérison par la foi répandues dans les milieux chrétiens. Les défenseurs de la guérison par la foi citent généralement Ésaïe 53 pour appuyer leurs croyances et pratiques : « (…) ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé (…) c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. » Il y aurait donc, dans les meurtrissures de Christ, le pouvoir de guérison; il ne reste plus qu’à s’en saisir par la foi. De plus, Matthieu applique ce passage aux guérisons opérées par Jésus :

« Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies. » (Mt 8:16-17)

Comment devons-nous comprendre le rapport entre la maladie et la rédemption? Jésus est-il mort pour nos maladies, peut-on affirmer qu’il a « porté » nos maladies comme il a « porté » nos péchés? Pour bien situer le rapport entre la guérison et la rédemption, il est important de comprendre le rapport entre la maladie et le péché.

La maladie comme conséquence du péché

La maladie et les infirmités sont-elles des conséquences du péché? L’Écriture voit la maladie comme un malheur qui afflige l’existence humaine et qui ne fera plus partie de la nouvelle création (Ap 21:4). La maladie et les souffrances physiques qui en découlent appartiennent aux nombreuses malédictions qui accablent la création depuis la chute (Rm 8:22). La Bible établit un lien entre la maladie et le péché (Dt 28:58-61 ; 1 Co 11:29-30 ; possiblement Jc 5:15). Cependant, elle affirme qu’il n’y a pas nécessairement une causalité immédiate entre une maladie ou une infirmité particulière et son propre péché (Jn 9:1-3). D’ailleurs, n’était-ce pas une des erreurs des amis de Job de croire que ses souffrances étaient directement liées à son péché?

La Bible enseigne que des enfants du royaume peuvent être liés par la maladie (Lc 13:16) et que de grands serviteurs du Seigneur peuvent être malades (Ph 2:27) ou avoir des problèmes de santé chroniques (1 Tm 5:23). L’apôtre Paul lui-même avait une infirmité physique (Ga 4:13) et le Seigneur, plutôt que de l’en délivrer, lui a appris à la voir comme un bienfait pour son âme (2 Co 12:5-10). Si donc l’expérience actuelle du salut implique la guérison physique, comment se fait-il que Paul n’ait pas été guéri bien qu’il ait pleinement connu la communion des souffrances de Christ (Ph 3:10) dans lesquelles nous sommes censés trouvé la guérison physique?

L’Écriture n’enseigne pas que Jésus a expié nos maladies. Il a expié nos péchés seulement puisqu’eux seuls avaient besoin d’être expiés. Les maladies ne sont pas une faute morale et n’ont par conséquent pas besoin d’être expiées. Comment comprendre alors que le prophète Ésaïe déclare qu’il a « porté » nos maladies? Le verbe porter en hébreu (nâshâ) est utilisé de plusieurs façons dans l’Ancien Testament et ne signifie pas nécessairement « porter le châtiment de ». Matthieu applique ce texte au ministère terrestre de Jésus et non à son œuvre expiatoire. Pierre, de son côté, reprend la terminologie d’Ésaïe, mais limite exclusivement l’expiation au péché et comprend la guérison non pas physiquement, mais spirituellement : « lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris. » (1 P 2:24). Alors, y a-t-il des bénéfices physiques provenant de l’œuvre de Jésus-Christ à la croix que l’on peut espérer recevoir?

L’espérance de la résurrection comme guérison finale

Bien plus que la guérison des maladies, c’est la délivrance de la mort qui est mise de l’avant par l’Écriture comme bénéfice central découlant de la croix : « Je les rachèterai de la puissance du séjour des morts, Je les délivrerai de la mort. O mort, où est ta peste ? Séjour des morts, où est ta destruction ? » (Os 13:14). Pourtant, les chrétiens ne meurent-ils pas? Ils semblent bien mortels pour des gens qui ont la vie éternelle!

Il est impératif de comprendre ce que signifie être sauvé par la foi en espérance (Rm 8:24). Les effets pléniers de l’œuvre de Christ furent immédiats pour lui seul : il est ressuscité avec un corps immortel et est entré dans la gloire. Par notre union avec Christ nous aussi sommes déjà glorifiés (Rm 8:30 ; Ep 2:6), mais dans la chronologie historique de notre salut nous ne bénéficions pas actuellement dans notre corps, encore mortel, de tous ces effets et nous les possédons uniquement en espérance. Le gage actuel que les croyants reçoivent dans leur corps c’est l’Esprit saint:

Car tandis que nous sommes dans cette tente, nous gémissons, accablés, parce que nous voulons, non pas nous dépouiller, mais nous revêtir, afin que ce qui est mortel soit englouti par la vie. Et celui qui nous a formés pour cela, c’est Dieu, qui nous a donné les arrhes de l’Esprit. (2 Co 5:4-5)

Les effets actuels de la rédemption ne sont pas la guérison et la glorification, mais la régénération et la sanctification que le Saint-Esprit opère en nous par la foi. Les chrétiens peuvent demander à Dieu la guérison lorsqu’ils sont malades et qu’ils souffrent (Jc 5:13-14) et Dieu peut les guérir (He 11:34). Mais ils doivent aussi savoir que les guérisons actuelles sont temporaires et partielles et qu’ils ne seront délivrés de cette chair corruptible qu’à la résurrection qui est la guérison finale et totale:

« Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible; il ressuscite incorruptible; il est semé méprisable, il ressuscite glorieux; il est semé infirme, il ressuscite plein de force. » (1 Co 15:42-43)

Est-ce que la rédemption accomplie par Christ inclut la guérison de nos corps? Assurément! Par la résurrection et la glorification, nos corps deviendront immortels et pleins de force. Cependant, cette bénédiction appartient à notre espérance et non à l’expérience que nous faisons actuellement du salut comme Paul l’indique clairement en Rm 8:23. En attendant la réalisation de cette promesse, continuons de nous soigner en prenant les moyens ordinaires que le Seigneur a prévus à cet effet pour notre bien-être physique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Car en Bout de Ligne ….. Un homme ne peut recevoir que ce qui lui a été donné du ciel.
    Tout Don Vient d’En-Haut du Père des Lumières.
    Si Dieu demande quelque chose à un Croyant, Il lui donnera aussi la Foi qui « ira » avec l’Ordre de Divin.
    Les Signes, Prodiges et Miracles exécutés par Jésus furent le Témoignage de Qui Il était et qu’Il fut Celui dont parlait l’Écriture … de même, Ses Apôtres, par les mêmes Signes, donnèrent Confirmation qu’il étaient les « Successeurs désignés » de Jésus.
    On vit le même Phénomène avec Moïse et Josué, Élie et Élyssée …. qui furent les autres Périodes de Grands Signes, Prodiges et Miracles.
    Dieu fait ce qu’Il veut bien et selon Sa Révélation …. Heureux Celui qui connaissant les Écritures, sait reconnaître le Dieu des Écritures.

  2. La guérison physique fait-elle partie du salut? « chiboul
    Permalink