Skip links

La doctrine du culte religieux et du jour du sabbat – Théologie systématique #22

La liberté de conscience, présentée au chapitre précédent, se concrétise particulièrement dans le domaine de l’adoration. La liberté religieuse et la liberté de culte sont les libertés les plus fondamentales qui soient. Lorsque Dieu affranchit son peuple de la tyrannie des hommes et du diable, c’est pour se faire un peuple d’adorateurs, libéré de l’esclavage et des faux dieux (Ex 20.1-3 ; Jn 8.34,36 ; Ga 4.3-9, 5.1 ; Tt 2.14 ; 1 P 2.9). Toutes les autres libertés dépendent de la liberté religieuse.

>> Listes de tous les articles de cette série <<

Historiquement, les gouvernements n’ont pas toujours protégé cette liberté et l’ont parfois sévèrement bafouée. Même au sein de la chrétienté, les autorités ont par moment imposé des manières non bibliques et même anti-bibliques de rendre un culte à Dieu. Ce chapitre fut rédigé en réponse à des persécutions religieuses engendrées par l’imposition d’actes d’uniformité du culte en Angleterre. L’objectif de ce chapitre est double : (1) libérer le culte religieux de tout élément qui ne vient pas de Dieu (2) établir positivement la pure adoration sur la base exclusive de la Parole de Dieu.

La confession nous présente une approche propre aux réformés concernant les principes qui doivent diriger le culte d’adoration. Cette approche, qu’on appelle le principe régulateur d’adoration, distingue les chrétiens réformés des catholiques, des luthériens, des anabaptistes et des anglicans. Les huit paragraphes présentent cinq éléments distincts du culte d’adoration :

  • Son principe régulateur (par. 1)
  • Son objet exclusif (Dieu) et son médiateur unique (Christ) (par.2)
  • Ses éléments constitutifs (par. 3-5)
  • Son lieu et son contexte appropriés (par. 6)
  • Son jour désigné (par. 7-8)

Voici sept questions pratiques et théologiques qui nous permettront d’exposer la doctrine de l’adoration :

  1. En quoi consiste le principe régulateur d’adoration?
  2. En quoi consiste la véritable adoration?
  3. En quoi consiste la prière acceptable?
  4. En quoi consiste le culte voulu par Dieu?
  5. En quel lieu devons-nous adorer Dieu?
  6. Quel jour devons-nous consacrer au Seigneur?
  7. Comment devons-nous consacrer le Jour du Seigneur?

CHAPITRE 22 – LE CULTE RELIGIEUX ET LE JOUR DU SABBAT

Par. 1 – La lumière de la nature montre qu’il est un Dieu qui a seigneurie et souveraineté sur tout ; qui est juste, bon, fait du bien à tous, et qui, par conséquent, doit être craint, aimé, loué, invoqué, cru et servi par les hommes de tout leur cœur, de toute leur âme et de toutes leurs forces1.  Quant à la manière de lui rendre un culte, c’est Dieu lui-même qui l’a ordonnée2 et précisée, par sa volonté révélée, de sorte qu’aucun culte ne peut lui être rendu selon l’imagination et les méthodes des hommes, ni selon les suggestions de Satan, sous quelque représentation que ce soit ou de quelque autre manière non prescrite dans les saintes Écritures3.

1. Jé 10.7 ; Mc 12.33 2. Dt 12.32 3. Ex 20.4 6

Par. 2 – Le culte religieux ne doit être rendu qu’à Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et à lui seul4, ni aux anges, ni aux saints, ni à aucune autre créature5. Aussi, depuis la chute, non sans médiateur6, ni par la médiation d’aucun autre que le Christ seul7.

4. Mt 4.9,10, 28.19 ; Jn 4.23 5. Ro 1.25 ; Col 2.18 ; Ap 19.10

6. Jn 14.6 7. 1 Ti 2.5

Par. 3 – La prière avec action de grâce, étant une part du culte naturel, est requise par Dieu de tous les hommes8. Cependant, pour être acceptée, elle doit être faite au nom du Fils9, avec l’aide de l’Esprit10 selon sa volonté11, avec intelligence, respect, humilité, ferveur, foi, amour, persévérance, et dans une langue connue en présence d’autres12.

8. Ps 65.3, 95.1‑7 9. Jn 14.13,14 10. Ro 8.26    11. 1 Jn 5.14    12. 1 Co 14.16,17

Par. 4 – Il faut prier pour toutes choses légitimes, pour toutes sortes d’hommes actuellement en vie ou qui viendront à naître13. Toutefois il ne faut pas prier pour les morts14, ni pour les personnes dont on peut savoir qu’elles ont commis le péché à la mort15.

13. 1 Ti 2.1,2 ; 2 S 7.29 14. 2 S 12.21‑23 15. 1 Jn 5.16

Par. 5 – Le culte religieux de Dieu comprend : la lecture des Écritures16, la prédication et l’écoute de la Parole de Dieu17, l’instruction et l’avertissement mutuels par des psaumes, des hymnes et des chants spirituels adressés au Seigneur avec le cœur rempli de grâce18 ainsi que l’administration du baptême19 et de la sainte cène20. Le tout doit être pratiqué en obéissance à Dieu, avec intelligence, foi, respect et crainte de celui-ci ; de plus, de solennelles humiliations accompagnées de jeûnes21 et d’actions de grâce, en des occasions particulières, doivent être pratiquées de manière sainte et religieuse22.

16. 1 Ti 4.13 17. 2 Ti 4.2 ; Lu 8.18 18. Col 3.16 ; Ép 5.19    19. Mt 28.19,20    20. 1 Co 11.26    21. Est 4.16 ; Joë 2.12    22. Ex 15.1‑19 ; Ps 107

Par. 6 – Ni la prière, ni aucune autre part du culte religieux, désormais sous l’Évangile, n’est encore liée ou rendue plus acceptable par le lieu dans lequel ou en direction duquel elle est pratiquée. Dieu doit être adoré partout en esprit et en vérité23 : quotidiennement24 en famille25 ou dans le secret pour chacun en particulier26 ; plus solennellement, dans les assemblées publiques, qui ne doivent être, ni négligées, ni oubliées, par étourderie ou volontairement, alors que Dieu nous y appelle par sa Parole ou sa providence27.

23. Jn 4.21 ; Mal 1.11 ; 1 Ti 2.8 24. Mt 6.11 ; Ps 55.18 25. Ac 10.2

26. Mt 6.6 27. Hé 10.25 ; Ac 2.42

Par. 7 – La loi de la nature, selon l’ordonnance divine, nous enseigne à réserver une certaine part de notre temps pour rendre un culte à Dieu. Ainsi, Dieu a spécialement désigné, par un commandement positif, moral et perpétuel de sa Parole liant tous les hommes de tous les temps, un jour sur sept comme sabbat qui doit lui être consacré28. Ce fut le dernier jour de la semaine depuis le commencement du monde jusqu’à la résurrection de Christ ; à partir de ce moment-là, c’est devenu le premier jour de la semaine, appelé jour du Seigneur29, qui demeurera jusqu’à la fin du monde comme sabbat chrétien puisque l’observance du dernier jour de la semaine a été abolie.

28. Ex 20.8 29. 1 Co 16.1,2 ; Ac 20.7 ; Ap 1.10

Par. 8 – Le sabbat est consacré au Seigneur lorsque des hommes, ayant auparavant préparé leur cœur et mis en ordre leurs affaires ordinaires, non seulement observent tout le jour un saint repos de leurs propres œuvres, paroles et pensées en rapport à leurs travaux et récréations profanes30, mais occupent également tout leur temps aux exercices publics et privés du culte et à des devoirs d’obligation et de miséricorde31.

30. És 58.13 ; Né 13.15‑22    31. Mt 12.1‑13

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.