Question #1 – La Bible est-elle nécessaire pour connaître Dieu?

Réponse: Bien que la lumière naturelle manifeste les attributs de Dieu de façon à rendre les hommes inexcusables, la Bible seule donne la connaissance de Dieu à salut. ~ Romains 1.19-21 – Ésaïe 8.20

etudes-1689

La Confession de foi baptiste de 1689 débute avec la doctrine de l’Écriture sainte. Pourquoi ne pas commencer avec Dieu plutôt qu’avec la Bible? Pour la simple raison que tout ce que l’on sait sur Dieu nous vient de l’Écriture sainte. Il est donc convenable de commencer avec la révélation elle-même plutôt que son contenu, même si Celui qui y est révélé précède toute révélation de lui-même.

La doctrine des Écritures constitue le fondement du protestantisme. Il s’agit de la distinction la plus fondamentale entre les protestants et les catholiques puisque toutes les autres divergences viennent du fait que les protestants croient que l’Écriture est la seule règle de la foi. Les réformateurs ne voulaient pas restituer l’Église comme si elle n’existait plus, mais ils voulaient réformer l’Église par la Parole de Dieu. Voici comment la confession exprime cette conviction face à la Bible au tout premier paragraphe :

(Par. 1) L’Écriture sainte est la seule règle suffisante, certaine et infaillible de toute connaissance qui sauve, de foi et d’obéissance, bien que la lumière naturelle, les œuvres de la création et de la providence manifestent la bonté de Dieu, sa sagesse et sa puissance de façon à rendre les hommes inexcusables. Cependant, celles-ci ne sont pas suffisantes pour donner cette connaissance de Dieu et de sa volonté qui est nécessaire au salut. C’est pourquoi il a plu à Dieu de se révéler à plusieurs reprises et de plusieurs manières et de faire connaître sa volonté à son Église.

Ensuite, il a plu de même au Seigneur de mettre la dite Écriture tout entière par écrit, pour que la vérité soit préservée et mieux propagée, et pour que l’Église soit d’autant plus sûrement établie et affermie, en face de la corruption de la chair, de la malice de Satan et du monde, ainsi, l’Écriture sainte est indispensable, Dieu ayant cessé de manifester sa volonté de cette manière à son peuple comme il l’avait fait jusque‑là.

La première phrase de la confession sur l’exclusivité, la suffisance et l’infaillibilité de la Bible est originale à la 1689; nous ne la retrouvons pas dans ses confessions de foi sœurs (la Confession de Westminster et la Déclaration de Savoie). Ce premier énoncé précise l’objet de cette exclusivité et suffisance : la connaissance qui sauve, la foi et l’obéissance.

La confession distingue entre deux sortes de connaissance de Dieu : celle qui sauve et celle qui ne sauve pas. La connaissance qui sauve vient de l’Écriture, la révélation spéciale; la connaissance qui ne sauve pas vient de la création, la révélation générale. Comparons ces deux révélations. Le Psaume 19 présente côte à côte les deux révélations. Ce psaume commence avec une première révélation divine : « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l’étendue manifeste l’œuvre de ses mains. » Il s’agit de la révélation générale de Dieu : sa création qui témoigne de lui, de la même façon qu’un objet créé par l’homme témoigne de son auteur et atteste son existence et ses capacités. Le témoignage de la révélation générale va jusqu’à l’intérieur de l’homme par sa conscience (Rm 2.14-15) qui imprime en lui ce que Calvin appelait le sensus deitatis : le sens divin qui lui témoigne de son Créateur.

Le Psaume 19 poursuit un peu plus loin avec une deuxième révélation divine : « La loi de l’Éternel est parfaite, elle restaure l’âme ; le témoignage de l’Éternel est véritable, il rend sage l’ignorant. » Il s’agit de la révélation spéciale de Dieu : sa Parole verbale transmise aux prophètes. Elle précise qui est Dieu, ce qu’il attend de l’homme et révèle l’œuvre divine de rédemption. La révélation spéciale complète la révélation générale et permet de bien interpréter celle-ci.

Revenons à notre question : la Bible est-elle nécessaire pour connaître Dieu? Les deux révélations donnent une connaissance de Dieu qui correspond à leur nature respective. La révélation générale donne une connaissance créationnelle de Dieu, mais non salvifique, tandis que la révélation spéciale donne une connaissance rédemptive de Dieu. La Bible est donc nécessaire pour « toute connaissance qui sauve ». La révélation générale est insuffisante pour apporter une connaissance de Dieu à salut.

L’insuffisance de la révélation générale n’est pas due à une déficience propre. Elle vient plutôt de la déchéance de la créature qui supprime la vérité et la change en mensonge. Voici comment l’apôtre Paul décrit cette triste réalité :

18 La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, 19 car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. 20 En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, 21 puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. 22 Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous ; 23 et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles. 24 C’est pourquoi Dieu les a livrés à l’impureté, selon les convoitises de leurs cœurs ; en sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps ; 25 eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen!

Le problème de l’être humain n’est pas qu’il aurait pu connaître Dieu, mais ne l’a pas connu faute d’une révélation suffisamment claire. L’homme naturel supprime criminellement la vérité qui lui est révélée du ciel. Voilà ce que signifie le verset 18. L’homme n’a pas simplement la possibilité de connaître Dieu, IL LE CONNAÎT! Mais le connaissant, il ne l’adore pas, il se fait plutôt des idoles selon les préférences de son cœur et la vanité de ses pensées : « ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu ». À cause de l’état de péché (que nous verrons plus loin dans la confession de foi), la révélation générale ne peut pas donner une connaissance qui sauve. Cependant, cela ne signifie pas que l’homme est excusable pour autant. La révélation générale est insuffisante pour sauver, mais son témoignage est suffisant pour rendre tout pécheur inexcusable. C’est ce que dit l’apôtre au verset 20 et c’est aussi ce que déclare notre confession de foi : « les œuvres de la création et de la providence manifestent la bonté de Dieu, sa sagesse et sa puissance de façon à rendre les hommes inexcusables ».

Pour que l’homme puisse connaître Dieu à salut, la révélation spéciale est nécessaire. En fait, c’est le contenu de cette révélation qui doit être reçu dans la foi pour que l’homme puisse être sauvé en connaissant Dieu. La révélation spéciale est une révélation rédemptive, c’est-à-dire qu’elle manifeste la rédemption et le Rédempteur. Sans cette révélation, il est impossible que l’homme puisse avoir la foi, puisse recevoir le pardon de ses péchés et puisse connaître Dieu à salut. Il n’est pas suffisant d’avoir la Bible pour être sauvé, encore faut-il croire ce qu’elle enseigne et recevoir Celui qu’elle révèle. Une personne peut connaître Dieu sans une Bible, mais aucune personne ne peut connaître Dieu sans connaître et croire le contenu de la Bible. Ce n’est pas la Bible qui sauve, mais son message (1 Co 1.21).

1263 mots


ÉCOUTER OU VISIONNER CET ENSEIGNEMENT

Audio MP3: Télécharger ou Jouer

Texte PDF – YouTube: Épisode #1

Suivez cette série:
Description: Une série de théologie systématique à partir de la Confession de foi baptiste de Londres de 1689. Liste des questions étudiées
Abonnement: VidéosiTunesRSSGoogle Play

Posted in ARTICLES, Écritures, Études dans la 1689, Théologie
Tags: , , , , , ,
About the Author
Pascal est pasteur de l'Église réformée baptiste de Saint-Jérôme qu'il sert depuis 2005. Il est marié avec Caroline et ensemble ils sont les heureux parents de quatre enfants. Pascal a complété un baccalauréat et une maîtrise en théologie à la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Il est l'auteur des livres: Le côté obscur de la vie chrétienne (2019, Éditions Cruciforme) – Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia) – Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme) – The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2017 Revised Edition, Solid Ground Christian Books).
9 commentaires sur “Question #1 – La Bible est-elle nécessaire pour connaître Dieu?
  1. Patricia dit :

    J’ai beau savoir tout cela depuis longtemps, c’est tellement bien expliqué (j’ai beaucoup aimé l’exemple de la chaire) que je saisis encore plus toute la richesse de cette doctrine et la nécessité de prêcher Christ. J’attends la suite avec impatience!

  2. Je remercie notre Dieu de vous avoir mis à cœur cette étude. À l’ERBQ nous sommes au chapitre 7 de la confession, sous la gouverne du pasteur Perron. Gloire à Dieu pour la façon d’ont vous abordez le sujet. Chaque enseignant a sa façon de rendre le sujet, ce qui est très enrichissant. À l’instar de Patricia, j’attends la suite avec impatience! Soyez bénis.

    • Merci frère! Votre attachement et votre appréciation des ministres de la Parole m’encourage. Je loue le Seigneur pour la fidélité des frères et soeurs de l’ÉRBC qui aiment la Parole et c’est une joie et un privilège d’être associé avec vous pour servir notre Dieu dans la province.

  3. LE DROGO Vanick dit :

    Bonjour, je me demande s’il ne manque pas un mot dans la dernière phrase: « Une personne peut connaître Dieu sans une Bible, mais aucune personne ne peut connaître Dieu sans connaître et croire le contenu de la Bible. Ce n’est pas la Bible qui sauve, mais son message . » ? cela me parait contradictoire entre le fait qu’une personne puisse connaitre Dieu sans une bible et en même temps, qu’aucune personne ne puisse connaître Dieu sans la bible.
    En tous les cas, merci pour ces études.

    • Merci pour la remarque. Il n’y a pas d’erreur, l’idée que j’essaie d’exprimer est que sans le message biblique, une personne ne peut connaître Dieu, mais quelqu’un peut avoir accès à ce message sans une Bible; par exemple en étant évangélisée, en entendant une prédication, etc. Je verrai à clarifier cette portion. Merci pour l’encouragement!

  4. LE DROGO Vanick dit :

    Ah, oui, d’accord, cela devient clair: on n’a pas besoin du livre mais de son contenu!
    merci!

  5. « La révélation spéciale est une révélation rédemptive, c’est-à-dire qu’elle manifeste la rédemption et le Rédempteur. Sans cette révélation, il est impossible que l’homme puisse avoir la foi, … » Est-ce que vous voulez dire qu’on ne peut croire en Dieu simplement avec la révélation générale?

    • On peut croire en un dieu inconnu, le dieu du théisme, mais pour connaître personnellement le Dieu véritable, il faut la révélation spéciale et l’Évangile!

Répondre à LE DROGO Vanick Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque publication par courriel

Rejoignez les 3 468 autres abonnés

En direct dans…

TOUS LES DIMANCHES
9H - Histoire de la Réforme
10H - Culte dominical
Cliquez ici pour ouvrir la diffusion dans une autre fenêtre.

Archives