Servitude en Adam et liberté en Christ – Serf Arbitre et Libre Arbitre

Lorsque nous parlons de liberté, il faut distinguer, je crois, entre liberté psychologique, c’est-à-dire notre pouvoir de faire des choix qui ne sont pas contraints ou forcés, mais qui sont volontaires (la volontariété), et la liberté éthique, notre capacité de choisir le souverain bien. C’est cette dernière que les réformateurs protestants ont voulu réexaminer à la lumière de l’Écriture sainte. Il est évident que nul n’a de liberté au sens absolu. On ne peut agir contrairement aux décrets divins. Même Dieu ne peut agir contrairement à sa nature (Il ne peut pécher, mentir, etc.).

Lorsque nous regardons la révélation biblique,  la liberté n’est possible que dans le contexte de la rédemption. Que ce soit le peuple de Dieu de l’Ancienne Alliance, par l’Exode, ou le peuple de la Nouvelle Alliance, par la croix et la résurrection du Christ, ne sont libres que ceux qui ont été libérés: « Si donc le fils vous affranchit, vous serez réellement libres » (Jn 8.36).

Les réformateurs se sont insurgés avec véhémence contre l’idée synergique du « libre arbitre » chez l’homme déchu — postlapsaire.

Le premier Adam avait cette liberté d’arbitre et avait en lui-même le pouvoir de choisir le Souverain Bien. Mais par sa chute, il l’a perdu. Maintenant, laissé à lui-même, l’homme déchu (postlapsaire) ne cherche pas Dieu, il le fuit « Nul ne cherche Dieu » (Romains 3.11). Ce n’est pas la brebis perdue qui cherche le Berger, mais bien le Bon Berger qui cherche sa brebis « Adam, où es-tu? ». C’est pourquoi, Luther et Calvin ont mis de l’avant, dans la foulée de saint Augustin et de la tradition augustinienne médiévale intégrale, la notion de « Serf arbitre ». La servitude du péché touche toutes les parties de son être (dépravation totale), incluant son « arbitre » (arbitrium).

L’homme ne regagne son libre arbitre, c’est-à-dire son pouvoir de choisir Dieu, le Souverain Bien, que par la régénération opérée en l’âme humaine par le Saint-Esprit qui applique à l’élu la rédemption du Christ-Jésus. Étant mort spirituellement (Ép 2.1), l’homme ne peut revenir à Dieu que lorsque le Père l’attire au Fils. Il le ressuscite intérieurement et l’amène à « embrasser le Fils » (Ps 2). À cette seule condition, l’homme regagne son libre arbitre qui, par la grâce toute-puissante (en théologie augustinienne, l’expression latine adjutorium quo), lui assure infailliblement de faire le choix de Dieu, le Souverain Bien (lui donnant le vouloir ET le faire) (latin: non posse peccare), contrairement au libre arbitre adamique qui, par une grâce contingente (latin: adjutorium sine quo), ne lui conférait que le pouvoir de choisir soit le bien soit le péché (latin: posse peccare, posse non peccare).

Il n’y a de liberté que pour ceux qui sont libérés par le Christ!

Posté dans ARTICLES, Libre arbitre
Tags : , , , , , , , ,
About the Author
André Pinard est converti depuis septembre 1975. Il a reçu un bac. en éducation religieuse du Toronto Baptist Seminary (1983), une M.A en théologie (1994), un B.A. en linguistique française (1995) et un Ph.D. en théologie (2006). Il implante avec son épouse Carole une Église réformée baptiste à Aylmer (Québec).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque publication par courriel

Rejoignez 3 113 autres abonnés

En direct dans…

TOUS LES DIMANCHES
9H - Histoire de la Réforme
10H - Culte dominical
Cliquez ici pour ouvrir la diffusion dans une autre fenêtre.

Archives