Skip links

L’adoration et le principe régulateur – PE #28

Assemblée de WestminsterL’adoration de Dieu est l’acte le plus glorieux et le plus sacré que l’homme puisse accomplir. L’homme est soit un adorateur d’idoles ou un adorateur du vrai Dieu. Toute sa vie découle de son adoration. Dans cette édition de Parole d’Évangile, je m’entretiens avec le docteur Raymond Perron et M. Andy Dinkins sur la question de l’adoration. Il sera d’abord question de l’adoration proprement dite: ce qu’adorer Dieu signifie, les différentes façons de l’adorer et de lui rendre un culte, le concept de la présence divine, etc. Dans la deuxième partie il sera question du principe régulateur d’adoration: que nous est-il permis, interdit et exigé de faire dans un culte ecclésial d’adoration?

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


audio mp3 | iTunes | RSS | Liste des émissions

Répondre à Patricia Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Le principe de la « non innovation » j’aime sa! Moi et Andy, nous aimons le même type de chant. Principalement vieux et rempli de bonne théologie. Bonne émission, merci.

  2. Très édifiant et instructif. De savoir que grâce à ce principe, les lampions ont été enlevés de nos lieux de culte est intéressant. J’aime aussi le fait que la louange/adoration n’est pas là comme moyen d’évangélisation, mais comme moyen d’adoration pour le peuple de Dieu. Il faut croire ce que l’on chante si on veut véritablement adorer, difficile à faire pour des inconvertis. En même temps, il faut s’assurer que ce que l’on chante est vrai selon la Parole de Dieu ce qui est souvent le cas de nos anciens chants, mais qui demande parfois une attention particulière quant aux nouveaux chants. J’aime cette phrase: L’adoration ne doit pas servir à divertir les boucs, mais à nourrir les brebis. Quant aux boucs, il faut s’y prendre autrement pour leur présenter la bonne nouvelle. Un bon rappel!