Skip links

Augustin: Le besoin le plus profond de l’homme

« Vous êtes grand, Seigneur, et souverainement digne de louanges, grande est votre puissance et votre sagesse sans bornes. » Cependant l’homme veut vous louer, lui, part médiocre de votre création, lui qui porte avec soi sa mortalité, lui qui porte avec soi le témoignage de son péché et celui de « votre résistance aux superbes » (Jc 4:6). Et cependant l’homme, cette part médiocre de votre création, veut vous louer. C’est vous qui le poussez à mettre sa joie à vous louer, parce que vous nous avez créés pour vous, et que notre coeur est inquiet jusqu’à ce qu’il repose en vous. – Les confessions, I, I

L’homme a été fait à l’image de Dieu pour adorer son Créateur, trouver en lui son plaisir et être aimé de son Dieu. Le péché est venu mettre une séparation entre Dieu et l’homme (Es 59:2), et ce dernier ne peut rien trouver dans le monde qui puisse remplacer son besoin de Dieu. La vie éternelle consiste à retrouver cette communion perdue en connaissant Dieu en Esprit et en vérité selon les paroles mêmes de Christ: « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jn 17.3)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Creatures are not born with desires unless satisfaction for those desires exists. A baby feels hunger well, there is such a thing as food. A duckling wants to swim: well, there is such a thing as water. Men feel sexual desire: well, there is such a thing as sex. If I find in myself a desire which no experience in this world can satisfy, the most probable explanation is that I was made for another world. If none of my earthly pleasures satisfy it, that does not prove that the universe is a fraud.  Probably earthly pleasures were never meant to satisfy it, but only to arouse it, to suggest the real thing. If that is so, I must take care, on the one hand, never to despise, or be unthankful for, these earthly blessings, and on the other, never to mistake them for the something else of which they are only a kind of copy, or echo, or mirage. I must keep alive in myself the desire for my true country, which I  shall not find till after death; I must never let it get snowed under or turned aside; I must make it the main object of life to press on to that other country and to help others to do the same.

    “Mere Christianity” C.S. Lewis

    1. Ah ben là! Je prévoyais le mettre bientôt dans mes citations de penseurs chrétiens… Tu as tout ruiné 😉