Pourquoi la distinction interne/externe n’est pas valide pour justifier le baptême des bébés

baptême-débatDébat credobaptiste/pédobaptiste ronde 327

Les réformés pédobaptistes considèrent que le baptême des bébés est justifié, entre autres, par la distinction interne/externe de l’Alliance de grâce. Autrement dit, il serait possible de faire partie du peuple d’alliance de manière externe seulement sans bénéficier de la grâce interne. Naître de parents chrétiens confèrerait un tel privilège et donnerait droit au baptême. Les pédobaptistes ne disent pas que leurs bébés sont sauvés, mais bien qu’ils sont dans l’alliance, au moins de manière externe, et doivent donc recevoir le signe d’entrée dans l’alliance (le baptême) même s’ils ne professent pas la foi.

Même si on accepte la distinction interne/externe (ce que je rejette), la pratique du pédobaptême n’est pas de facto justifiée. Le baptême pourrait quand même exiger une profession de foi dans une alliance qui comporte une réalité externe qui ne sauve pas et une réalité interne qui sauve. Ainsi il pourrait y avoir une profession externe de la foi sans régénération interne et une profession externe de la foi avec régénération interne, mais, dans les deux cas, une profession de foi crédible comme condition pour recevoir le baptême. Donc la distinction interne/externe, si on l’accepte, n’implique pas nécessairement un baptême sans confession.

Certains pédobaptistes acceptent ce point, cependant ils considèrent que la distinction interne/externe est quand même suffisante pour justifier le pédobaptême (sans l’exiger nécessairement). Ce que je désire démontrer dans cet article c’est que non seulement la distinction interne/externe ne nécessite pas le pédobaptême, mais elle ne peut le justifier. Voici donc pourquoi je crois que cette distinction n’est pas valide pour baptiser des bébés sous prétexte qu’ils sont des enfants de croyants alors que l’Écriture ne confère aucun statut dans la Nouvelle Alliance sur la base de la descendance naturelle.

La distinction entre ce qui est terrestre et ce qui est céleste

La distinction interne/externe de l’Alliance de grâce repose sur le fait que le peuple de l’Ancienne Alliance était mixte (Rm 9:6-8). Dans un même peuple il y avait des sauvés et des non sauvés, mais un seul peuple de Dieu. La question qu’il faut se poser est: pourquoi le peuple de l’Ancienne Alliance était-il mixte? La réponse pédobaptiste est qu’à l’intérieur de l’Alliance de grâce il existe cette dualité interne/externe qui faisait en sorte qu’il y avait des israélites selon la chair seulement et des israélites selon l’Esprit. Cette explication requiert nécessairement de voir l’Ancienne Alliance comme étant l’Alliance de grâce elle même et cette équation a posé plusieurs problèmes chez les presbytériens (Théonomie, Federal Vision, NPP, Patriarchy movement, la controverse avec Norman Shepherd et le rejet de l’inconditionnalité de l’Alliance de grâce). Je reconnais cependant que la majorité des presbytériens ont évité ces déviances, mais je crois que ces déviances sont relativement cohérentes avec l’approche pédobaptiste…

Il y a, à mon humble avis, une façon beaucoup plus simple et beaucoup moins compromettante d’expliquer la coexistence des réalités terrestres/célestes ; selon-la-chair/selon-l’Esprit et la mixité du peuple au temps de l’Ancien Testament. Voici l’explication: en même temps qu’avait lieu un salut terrestre (Exode, Conquête, Royauté, Temple, sacrifices, etc.) était révélé le salut céleste. Ces deux réalités n’étaient pas deux niveaux d’une même alliance, mais deux alliances (Ga 4.21-31): l’Ancienne et la Nouvelle (la Nouvelle n’étant que sous la forme d’une promesse pendant que l’Ancienne était en vigueur). La postérité physique d’Abraham fut sous l’Ancienne Alliance seulement, mais tous ses descendants spirituels sont, comme Abraham lui-même, au bénéfice de la Nouvelle Alliance.

Distinguer entre l’Ancienne et la Nouvelle Alliance

La distinction nette que la Bible fait entre ces deux alliances nous oblige également à distinguer de façon nette entre les préfigurations terrestres et les réalités célestes (comme Paul le fait en Col 2:17 par exemple). Nous ne devons pas confondre les deux (terrestre/céleste) comme s’il s’agissait de deux parties d’une même alliance. Ces deux alliances sont de natures différentes (une est terrestre, l’autre est céleste) et ne sont pas établies avec les mêmes promesses ni avec les mêmes médiateurs (He 8:5-6). Seule la Nouvelle Alliance offre les réalités célestes, elle seule a Christ pour médiateur et tous ceux qui furent sauvés dans l’histoire le furent par la Nouvelle Alliance (He 9:15 dit que c’est en vertu de la Nouvelle Alliance que l’héritage éternel a été donné à tous ceux qui furent appelés par Dieu depuis le commencement du monde). La Nouvelle Alliance a commencé à être efficace avant d’être une alliance, alors qu’elle n’était qu’une promesse.

Peut-on être dans la Nouvelle Alliance sans être sauvé?

Le point important est que la Nouvelle Alliance ne comporte pas un élément externe dans lequel on pourrait participer sans être sauvé. Pourtant le Nouveau Testament parle bien de personnes qui professent la foi sans pourtant avoir le salut (Mt 7:21 ; Jn 15:2 ; Rm 11:19-22 ; He 6:4-8). Cependant, jamais ces personnes ne sont présentées comme étant des membres de la Nouvelle Alliance, mais toujours comme de faux croyants.

Les non sauvés de l’Ancienne Alliance étaient vus comme le peuple de Dieu et demeuraient dans l’alliance, car ce n’était pas la fonction de cette alliance d’administrer les réalités célestes. Il était donc possible, sous l’Ancienne Alliance, d’être le peuple de Dieu sans avoir la vie éternelle, car Israël était le peuple de Dieu pour la vie en Canaan. Cependant, jamais l’Écriture ne présente des non sauvés en relation avec la Nouvelle Alliance qui ne sont pas sous la condamnation de celle-ci et qui seraient appelés le peuple de Dieu. Pourtant les non sauvés de l’Ancienne Alliance n’étaient pas nécessairement sous la condamnation de l’Ancienne Alliance et étaient le peuple de Dieu. Comment se fait-il que les non-sauvés de l’Ancienne Alliance pouvaient être le peuple de Dieu sans être sauvés tandis que les « non sauvés de la Nouvelle Alliance » ne sont jamais présentés comme le peuple de Dieu, mais plutôt comme des apostats, des faux frères, des sarments retranchés, des impies qui ne se relèvent pas et à qui le feu éternel est réservé? Parce que la Nouvelle Alliance administre les réalités célestes ; elle condamne éternellement tous ceux qui n’en font pas partie et elle sauve éternellement tous ceux qui en font partie. Il n’y a pas d’entre-deux sous la Nouvelle Alliance.

(Il n’y avait pas d’entre-deux sous l’Ancienne Alliance non plus, on y était ou on n’y était pas. Cependant, ceux qui furent sauvés le furent en vertu de la Nouvelle Alliance promise et ceux qui périrent périrent en vertu de l’Alliance des oeuvres en Adam. Mais ces deux catégories de personnes à la fois pouvaient se retrouver à l’intérieur de l’Ancienne Alliance car elle administrait des réalités terrestres typologiques, ce qui n’est pas le cas avec la Nouvelle Alliance. C’est pourquoi la Nouvelle Alliance ne contient qu’une seule catégorie de personnes: des croyants régénérés.)

Le salut, dans quelque alliance, est toujours accompagné du jugement: les eaux du déluge transportent l’arche et noient le monde ; le passage dans la mer rouge délivre les israélites et anéantit les Égyptiens, etc. La Nouvelle Alliance sauve ceux qui ont la foi, mais elle est une condamnation pour les incrédules qui appartiennent à Satan (la croix était aussi le jugement du monde et du diable Jn 12:31 et selon Rm 2:16 l’Évangile inclut également le jugement des perdus, cf. aussi Ac 10:42 ; 17.31 ; 2 Tm 4:1 et 1 P 4:5-6). Les incrédules qui s’approchent de la Nouvelle Alliance ne se trouvent pas simplement dans l’administration visible et externe de celle-ci, mais sont sous sa condamnation. Ceux qui osent toucher au corps et au sang du Seigneur sans discernement mangent et boivent un jugement contre eux-mêmes (1 Co 11:29-30). Tous les avertissements du Nouveau Testament concernant la présence d’incrédules parmi les saints véritables ne servent pas à justifier la distinction interne/externe, mais la distinction vrais/faux. Aucun faux croyant ne peut entrer dans la Nouvelle Alliance. S’ils font partie de l’Église visible, ils ne font pas partie de la Nouvelle Alliance pour autant, car il n’est plus possible de faire partie du peuple de Dieu sans être sauvé (Jr 31:34). Ils sont en dehors de l’alliance selon ce que l’apôtre Jean déclare (1 Jn 2.19): « Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres. »

Ceux qui s’introduisent furtivement ne sont pas des nôtres. Nous ne devons pas avoir peur de baptiser des faux croyants, nous en baptiserons assurément d’après la Bible. Mais, d’une part, les faux croyants ne font pas partie de l’alliance malgré leur baptême et ils moissonnent la condamnation de l’alliance. D’autre part, nous les baptisons uniquement s’ils professent la foi (puisque la foi est la seule porte d’entrée dans cette alliance). Nous n’avons pas besoin d’un scanneur du Saint-Esprit pour vérifier si la personne est régénérée, uniquement une profession de foi crédible (les baptistes n’exigent pas plus que ce que la Bible exige, mais ils n’exigent pas moins non plus).

Qu’en est-il de l’apostat qui a pourtant été sanctifié par le sang de l’alliance?

Pour ce qui est de l’apostat d’He 10:29 qui, semble-t-il, a été « sanctifié » par le sang de l’alliance. D’une part il est possible qu’il ait été sanctifié « extérieurement » comme le disent les pédobaptistes, mais il n’a jamais été dans la Nouvelle Alliance, car voici ce qui arrive à ceux qui ont vraiment été sanctifiés par le sang (d’après le même chapitre d’Hébreux) (He 10:10): « C’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes. » Puis encore (He 10:14): « Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. » C’est pour cette raison que je crois qu’il faut traduire le verset 29 de la manière suivante: « De quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel elle a été sanctifiée, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce? » C’est l’alliance qui a été sanctifiée et non l’apostat, car tous ceux qui sont sanctifiés par le sang de Christ ont une rédemption éternelle d’après les versets 10 et 14. Ajoutons aussi que le verset 28 (qui compare la condamnation apportée par l’Ancienne Alliance à celle apportée par la Nouvelle Alliance) prouve le fait que l’Ancienne Alliance était limitée aux choses terrestres tandis que la Nouvelle Alliance seule administre les réalités célestes. Nous ne devons pas confondre ces deux réalités (terrestre/céleste) en une seule alliance, mais les distinguer comme provenant de deux alliances différentes: l’Ancienne et la Nouvelle.

Ceux qui professent faussement le Nom du Fils de Dieu et qui foulent son sang sont des profanes, des impies et des apostats. Est-ce ainsi que vous appelez ceux qui sont dans « l’administration externe » de l’Alliance de grâce? Qu’en est-il des enfants baptisés qui se rebellent temporairement? D’après He 6:4-6, ceux qui sont tombés ne se relèvent plus. Je crois que les pédobaptistes font erreur en utilisant cette catégorie de personnes pour introduire leur postérité non croyante dans l’alliance alors que l’Écriture se réfère exclusivement aux apostats et jamais à des non sauvés qui seraient néanmoins dans la Nouvelle Alliance. Oui l’Église visible est mixte, mais non de par sa nature ou en raison d’une Alliance de grâce qui inclurait des régénérés avec des non régénérés.  L’Église est uniquement mixte par de fausses professions de foi et par les ruses de Satan. L’Église est le peuple de Dieu, mais certains qui ne lui appartiennent ne pas s’y introduisent furtivement, cela ne nous empêche pas de prononcer tous les saints visibles « peuple du Seigneur » dans la mesure où ils lui obéissent. Nous ne devons pas nous inquiéter outre-mesure des faux-croyants dans l’Église visible, mais nous devons néanmoins garder la porte d’entrée en réservant le baptême à ceux qui professent la foi. L’Écriture ne fait aucune place pour une Nouvelle Alliance mixte, mais elle présente une Nouvelle Alliance qui sauve efficacement les croyants et qui condamne efficacement les incrédules.

J’aime mes frères pédobaptistes
J’ajoute en terminant que malgré cette importante divergence de vue sur les alliances et la question corollaire du baptême, j’ai le plus grand respect pour l’Église Presbytérienne et me considère comme un pygmée sur le dos de géants (pour citer un membre du jury lors de ma soutenance). La communion avec mes frères pédobaptistes m’est extrêmement précieuse et je désire servir notre Seigneur à leurs côtés dans la plus grande mesure possible. J’espère sincèrement que cet article n’indisposera personne et contribuera à un dialogue intelligent et respectueux entre réformés de confessions différentes. La clarté doctrinale est nécessaire à l’unité et les divergences exprimées dans ce billet ne sont pas un obstacle à notre communion mais nous aideront à mieux nous comprendre mutuellement… et peut-être à engendrer quelques baptistes ;-).

Posté dans ARTICLES, Théologie
Tags : , , , , , ,
About the Author
Pascal est pasteur de l'Église évangélique de St-Jérôme, une assemblée de confession réformée baptiste. Il est marié avec Caroline et ensemble ils sont les heureux parents de quatre enfants. Pascal a complété un baccalauréat et une maîtrise en théologie à la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Il est l'auteur des livres: Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia) – Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme) – The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2013, Solid Ground Christian Books).
7 commentaires pour “Pourquoi la distinction interne/externe n’est pas valide pour justifier le baptême des bébés
  1. danieldurand dit :

    Très cher Pascal. C’est un excellent article. À l’appui de la non mixité du peuple de la nouvelle alliance, je cite Jérémie 24.5-7 où le Seigneur affirme que ce n’est qu’avec les bonnes figues qu’il fera la nouvelle alliance. Ézéchiel 34 annonce aussi cette réalité. Il affirme que le bon Berger sauvera des pattes des mauvais bergers d’Israël les brebis qui sont siennes, et ce n’est qu’avec elles qu’il fera l’alliance de paix (Éz 34.1-25).

  2. Pascal dit :

    Excellents textes qui définissent effectivement le peuple de la Nouvelle Alliance comme un peuple pur. La mixité ne peut être que le résultat de la corruption et non d’une Nouvelle Alliance à deux niveaux (interne/externe) avec deux catégories de personnes (régénérés/non-régénérés). Merci Daniel!

    • Un lecteur me demande:

      Bonjour Pascal (…) Est-ce que tu possèdes une expérience pratique ou est-ce que tu as fréquenté durant une certaine période un milieu Presbytérien ? Du moins assez pour constater le résultat négatif de leur doctrine pédobaptiste ?

      Ma réponse:

      Cher frère
      Je suis assez près des presbytériens pour constater leur façon de catéchiser leurs enfants et de les instruire dans le Seigneur. Leur approche est extrêmement efficace pour faire d’eux des disciples. Je crois qu’il faut les imiter à cet égard, mais je ne crois pas que le pédobaptême soit justifié pour autant. Autrement dit, nous pouvons élever nos enfants dans la foi comme le font les pédobaptistes en respectant une conviction credobaptiste. Heureusement, baptistes et pédobaptistes font généralement bien ce travail mandaté par le Seigneur.
      Que le Seigneur vous bénisse!

  3. Micael.B dit :

    Très intéressant! merci Pascal.

  4. Patricia dit :

    Encore une fois, très clair! Merci aussi pour ton respect et ton humilité envers nos frères qui ne partagent pas le même point de vue. Tout est exposé avec tact et douceur. Merci à M. Durand pour les passages.

  5. Pasteur Jacques Pelletier dit :

    Pascal,

    Merci pour cet article bien formulé et très clair. L’ombre a fait place désormais à la réalité qui est en Christ. Bien qu’aucune Église locale ne puisse se vanter de ne compter en son sein que des régénérés (et ce même dans le Nouveau Testament), elle doit néanmoins tendre à cela, puisque seuls les élus qui ont été ramenés à la vie spirituellement et appelés efficacement au Sauveur sont membres de la Nouvelle Alliance. Et le baptême des disciples constitue le signe visible et extérieure de cette réalité invisible et intérieure opérée en ceux qui ont été ainsi appelés. Ce baptême va de pair avec l’essence même de l’Église, l’Israël de Dieu. Et ceux qui le reçoivent sans la foi véritable devront un jour, à moins de recevoir la grâce de la repentance avant cela, rendre compte de leur mascarade au jour de Dieu. Ils demeurent étrangers au Christ et à son alliance. Comment peuvent-ils être qualifiés de saints, de fidèles ou de croyants, d’élus du Seigneur comme le fait l’Écriture? Avec tout le respect que je dois à mes frères qui pensent autrement, et je suis très sincère, je crois fermement que le baptême des nourrissons et ce qui en découle est un retour à l’Ancien Testament. Si dans la pratique nombreuses sont les Églises qui l’administrent qui prennent à coeur la véritable conversion de leurs membres, je pense qu’elles devraient faire un pas de plus et abandonner ce substrat provenant, je n’en ait aucun doute, d’une tradition ecclésiale très ancienne (mais pas tant qu’on le prétend!) qui néanmoins ne repose pas sur le fondement immuable de la Parole de Dieu. Merci aussi effectivement au pasteur Durand pour sa contribution.
    En sa grâce indéfectible,

    • Amen pasteur Pelletier!
      Oui, je crois que la question d’un lecteur mentionnée plus haut allait dans ce sens. C’est une erreur de reconnaître à une personne le statut de saint sans la grâce de la repentance. Cette erreur peut entraîner une confusion entourant la conversion où, se maintenir dans l’alliance, devient le moyen de salut plutôt que la repentance et la foi au Christ. Le Federal Vision est tombé directement dans cette erreur, certains d’entre eux refusent que l’on prêche la repentance à leurs enfants – Ils n’en ont pas besoin, disent-ils, puisqu’ils sont déjà chrétiens! Ils doivent simplement se maintenir dans l’alliance. Heureusement que tous nos frères pédobaptistes ne commettent pas cette grave erreur.
      Amen aussi: le pédobaptême est ancien, mais il ne remonte pas jusqu’aux apôtres. Deux pédobaptistes (on ne pourra pas leur reprocher d’être biaisés) ont démontré que la pratique du pédobaptême fut tardive et ne fut généralisée qu’à partir du 3e et 4e siècle en lien avec le sacramentalisme (le salut par les sacrements): http://www.amazon.com/Baptism-Early-Church-H-Stander/dp/0952791315

1 Pings/Trackbacks pour "Pourquoi la distinction interne/externe n’est pas valide pour justifier le baptême des bébés"
  1. […] Réflexions sur la validité de la distinction interne/externe de l’Alliance de Grâce (Pascal […]

Laisser un commentaire

Recevez chaque publication par courriel

En direct dans…

Culte dominical tous les dimanches à 10h sur ce site. Cliquez ici pour ouvrir la diffusion dans une autre fenêtre.

Archives