Skip links

Le Gouvernement du Québec interdit les conversions [#CoramDeo 207]

Depuis le 9 décembre 2020, il est devenu illégal de pratiquer des thérapies de conversion au Québec. Toute personne rémunérée ou non qui cherche à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une autre personne est maintenant passible d’une amende entre 5,000$ et 50,000$. Les 121 députés de l’Assemblée nationale ont sanctionné cette loi anti-conversion qui posera de sérieux problèmes pour l’accompagnement spirituel basé sur la révélation biblique. Guillaume et Pascal abordent ce sujet de plus en plus risqué.

Liens mentionnés durant l’émission:

Cette émission vous est présentée en partenariat avec BLF Éditions et est également offerte en format balado sur SoundCloud.

 

🎵 Musique: Lady Gaga, Born This Way
📜 Cliquez ici pour avoir la liste de tous nos épisodes
🔊 S’abonner à Coram Deo Apple Podcast Google Balados | SoundCloud | YouTube

Répondre à Tribonien Bracton Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Les 121 députés québécois qui ont votés en faveur de cette nouvelle législation provinciale ont oubliés un petit détail : la “Loi sur le mariage civil” fédérale (adoptée en 2005), qui édicte…

    « Préambule
    Attendu : {…}
    {6ème alinéa} que chacun jouit de la liberté de conscience et de religion au titre de l’article 2 de la Charte canadienne des droits et libertés ;
    {7ème alinéa} que la présente loi n’a pas pour effet de porter atteinte à la garantie dont fait l’objet cette liberté, en particulier celle qui permet aux membres des groupes religieux d’avoir et d’exprimer les convictions religieuses de leur choix, et aux autorités religieuses de refuser de procéder à des mariages non conformes à leurs convictions religieuses ;
    {8ème alinéa} qu’il n’est pas contraire à l’intérêt public d’avoir des opinions variées sur le mariage et de les exprimer publiquement ;
    {…}
    3.1. Il est entendu que nul ne peut être privé des avantages qu’offrent les lois fédérales ni se voir imposer des obligations ou des sanctions ou titre de ces lois pour la seule raison qu’il exerce, à l’égard du mariage entre personnes de même sexe, la liberté de conscience et de religion garantie par la Charte canadienne des droits et libertés {article 2, paragraphes (a) et (b)}, ou qu’il exprime, sur la base de cette liberté, ses convictions à l’égard du mariage comme étant l’union entre un homme et une femme à l’exclusion de tout autre personne. »

    Certes, les dispositions reproduites ci-dessus concernent le mariage, tandis que la “Loi visant à protéger les personnes contre les thérapies de conversion” concerne lesdites thérapies, mais il y a un indéniable chevauchement entre ces différentes règles, et par extension, une évidente disparité entre la législation de 2005 et celle de 2020. Tsk tsk tsk, ces tyrans progressistes n’ont pas bien faits leurs devoirs… les postmodernes ont la mémoire courte.