Commentaire sur le Psaume 83

  1. Psaume. Pour Asaph.
  2. Ô Dieu! ne garde pas le silence, ne sois pas sourd, ne te tiens pas en repos, ô Dieu!
  3. Car voici les ennemis rugissent, et ceux qui te haïssent lèvent la tête.
  4. Ils trament des complots contre ton peuple et se concertent contre tes protégés ;
  5. ils disent : « Venez, retranchons-les de la liste des nations, et qu’il ne soit plus fait mention du nom d’Israël! »
  6. Ils se concertent tous d’un cœur, et font alliance contre toi ;
  7. les tentes de l’Idumée et les Ismaélites, Moab et les Hagariens,
  8. Gébal, Ammon et Amalek, la Philistie avec les habitants de Tyr ;
  9. l’Assyrie aussi se joint à eux et prête son bras aux enfants de Lot. (Sélah).
  1. Traite-les comme Madian, comme Sisera, comme Jabin, au torrent de Kison ;
  2. ils furent défaits à Endor, et servirent d’engrais à la terre.
  3. Traite-les, traite leurs princes comme Horeb et Zeeb, et tous leurs rois comme Zébah et Tsalmunah ;
  4. car ils disent : « Emparons-nous des demeures de Dieu! »
  5. Mon Dieu, rends-les semblables au tourbillon, au chaume poussé par le vent ;
  6. comme le feu dévore la forêt, comme la flamme embrase les montagnes,
  7. poursuis-les de ta tempête, épouvante-les par ton ouragan ;
  8. couvre leurs fronts d’ignominie, et ils chercheront ton nom, ô Éternel!
  9. Qu’ils soient confus, épouvantés pour toujours, qu’ils soient honteux et qu’ils périssent ;
  10. qu’ils connaissent que toi qui seul te nommes l’Éternel, tu es le Très-Haut sur toute la terre!

Le Psaume précédent nous présentait Israël opprimé par ses propres chefs ; dans celui-ci nous le voyons menacé par une formidable confédération de peuples étrangers. On a cherché dans l’histoire quelque circonstance à laquelle on pût le rapporter ; on a indiqué tour à tour les guerres que David eut à soutenir (2 S 8), l’alliance des Moabites et des Hammonites contre Josaphat (2 Ch 20), l’attaque de Sennacherib, enfin l’époque des Macchabées. Mais toutes ces hypothèses font violence à l’histoire. À aucune époque nous ne voyons autant de peuples à la fois ligués contre Israël. Nous préférons donc placer ce Psaume dans la même classe que les Ps 46, 74, 75, 76 et 79, qui sont des cantiques prophétiques, composés en vue d’une tribulation plus considérable encore que les précédentes et par laquelle ce peuple doit passer. « Ce Psaume sera toujours de saison, car l’Église aura toujours des ennemis ; chaque siècle a ses Ismaélites ; les acteurs seuls sont changés » (Horne).

La première strophe fait le tableau du danger dans lequel se trouve le peuple de Dieu (1-9) ; la seconde est une prière pour demander la délivrance (10-19).

Verset 1. Cantique. Psaume. Pour Asaph.

Pour le sens de cantique, voir l’explication du Ps 65.

Verset 2. Ô Dieu! ne garde pas le silence, ne sois pas sourd, ne te tiens pas en repos, ô Dieu!

Ce qu’est le silence de Dieu a été expliqué à l’occasion de Ps 28.1.

Verset 3. Car voici les ennemis rugissent, et ceux qui te haïssent lèvent la tête.

« Il est à remarquer que ceux qui attaquent l’Église sont appelés ennemis de Dieu ; c’est une grande consolation pour les fidèles » (Calvin).

Verset 4. Ils trament des complots contre ton peuple et se concertent contre tes protégés ;

Le mot de l’original que nous rendons par protégés signifie proprement cachés, et rappelle ainsi la touchante image de Ps 27.5 ; Mt 23.37.

Verset 5. ils disent : « Venez, retranchons-les de la liste des nations, et qu’il ne soit plus fait mention du nom d’Israël! »

Le premier hémistiche se rendrait littéralement : Ils disent : Venez et détruisons-les pour n’être plus une nation.

Verset 6. Ils se concertent tous d’un cœur, et font alliance contre toi ;

On pourrait aussi traduire : Ils se concertent en leur cœur tous ensemble, mais la traduction que nous donnons avec Hupfeld et la version hollandaise se fonde sur la présence d’une expression toute semblable dans 1 Ch 12.38.

Verset 7. les tentes de l’Idumée et les Ismaélites, Moab et les Hagariens,

Les tentes sont celles des armées ennemies. — Dans l’énumération des peuples ennemis, le psalmiste suit l’ordre géographique, commençant par le sud-est de la Terre sainte, passant ensuite aux côtes de la Méditerranée et terminant par les Assyriens, qui se trouvaient au nord-est. Il est à remarquer que ces ennemis sont au nombre de 10, aussi bien que les rois qui prêtent leur puissance à la Bête dans le combat contre l’Agneau (Ap 17.12-14). — Sur les Iduméens, voyez l’introduction au Ps 60. — Les Ismaélites, descendants d’Ismaël (Gn 25.12-18), qui habitaient l’Arabie. — Sur Moab, voyez l’explication de Ps 60.10. — Les Hagariens, que le rabbin Abenesra fait descendre d’Hagar, et qui furent dépossédés de leur territoire par les Rubénites du temps de Saül (1 Ch 5.10), s’étaient probablement retirés vers le sud.

Verset 8. Gébal, Ammon et Amalek, la Philistie avec les habitants de Tyr ;

Gébal, contrée montagneuse au midi de la mer Morte. — Les Ammonites, descendants de Lot comme les Moabites, habitaient une contrée à l’orient du Jourdain, entre les fleuves Abbok et Arnon. — Le territoire des Amalékites était au midi de la Judée, entre l’Idumée et l’Égypte. — Sur les Philistins, voyez l’explication de Ps 60.10. — Tyr, voyez Ps 45.13.

Verset 9. l’Assyrie aussi se joint à eux et prête son bras aux enfants de Lot. (Sélah).

L’empire d’Assyrie, avec lequel les successeurs de David se trouvèrent plus d’une fois en conflit, nous est mieux connu depuis les découvertes importantes faites depuis quelques années dans les ruines de Ninive par Layard et d’autres savants. — Les enfants de Lot sont les Moabites et les Ammonites (Gn 19.36-38).

Verset 10. Traite-les comme Madian, comme Sisera, comme Jabin, au torrent de Kison ;

Le psalmiste, en commençant sa prière, cherche un motif d’espérance dans le souvenir des grandes victoires qu’Israël avait remportées sur ses ennemis du temps des Juges. — Les Madianites, peuplade arabe qui habitait entre la mer Rouge et le mont Sinaï. Ils furent battus par Gédéon (Jg 7). Jabin était le roi d’une peuplade cananéenne et Sisera était le chef de son armée. Leur défaite est racontée Jg 4.1-24. — Kison, rivière qui prend sa source au mont Tabor (Jg 4.1-13).

Verset 11. ils furent défaits à Endor, et servirent d’engrais à la terre.

Endor, endroit dans le territoire de la tribu de Manassé (Js 17.11). Il n’est pas nommé dans le livre des Juges, et c’est notre Psaume qui nous fait connaître d’une manière précise le lieu de la bataille.

Verset 12. Traite-les, traite leurs princes comme Horebet Zeeb, et tous leurs rois comme Zébah et Tsalmunah ;

Horeb et Zeeb, généraux des Madianites, Zébah et Tsalmunah, leurs rois (Jg 7.25, 8.11).

Verset 13. car ils disent : « Emparons-nous des demeures de Dieu! »

Par les demeures de Dieu, il faut entendre ici probablement des lieux consacrés au service divin. Comp. Ps 74.8.

Verset 14. Mon Dieu, rends-les semblables au tourbillon, au chaume poussé par le vent ;

Dans le premier hémistiche, il faut sous-entendre quelque chose de semblable au mot chaume, qui se trouve dans le second. C’est la même image que dans Ps 1.4.

Versets 15-16. comme le feu dévore la forêt, comme la flamme embrase les montagnes, poursuis-les de ta tempête, épouvante-les par ton ouragan ;

Les jugements de Dieu sont représentés par la même image dans Es 10.18.

Versets 17-18. couvre leurs fronts d’ignominie, et ils chercheront ton nom, ô Éternel! Qu’ils soient confus, épouvantés pour toujours, qu’ils soient honteux et qu’ils périssent ;

Calvin fait remarquer avec raison que les expressions du second hémistiche ne doivent pas indiquer une véritable conversion, mais une soumission forcée, comme celle de Pharaon.

Verset 19. qu’ils connaissent que toi qui seul te nommes l’Éternel, tu es le Très-Haut sur toute la terre!

Ce verset présente une difficulté à cause de sa concision. Pour arriver à la traduction que nous donnons, il faut suppléer un pronom dans le premier hémistiche. Comp. Es 45.5-6.

Pasteur Armand de Mestral, Commentaire sur le livre des Psaumes – Tome 2, p. 89-93

Posté dans ARTICLES, Commentaire Psaumes
Tags : , , , , , , ,
About the Author
Pascal est pasteur de l'Église réformée baptiste de Saint-Jérôme qu'il sert depuis 2005. Il est marié avec Caroline et ensemble ils sont les heureux parents de quatre enfants. Pascal a complété un baccalauréat et une maîtrise en théologie à la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Il est l'auteur des livres: Le côté obscur de la vie chrétienne (2019, Éditions Cruciforme) – Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia) – Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme) – The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2017 Revised Edition, Solid Ground Christian Books).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque publication par courriel

Rejoignez les 3 327 autres abonnés

En direct dans…

TOUS LES DIMANCHES
9H - Histoire de la Réforme
10H - Culte dominical
Cliquez ici pour ouvrir la diffusion dans une autre fenêtre.

Archives