Skip links

Commentaire sur le Psaume 125

      Cantique des degrés.

  1. Ceux qui se confient en l’Éternel sont comme la montagne de Sion, qui est inébranlable et ferme pour toujours.
  2. Jérusalem, des montagnes l’environnent ; l’Éternel aussi environne son peuple, dès maintenant et à toujours.
  1. Car le sceptre du méchant ne restera pas sur le lot des justes, afin que les justes n’étendent pas leurs mains vers l’iniquité.
  2. Ô Éternel! montre-toi bon aux bons, à ceux qui ont le cœur droit.
  3. Mais ceux qui s’engagent dans des voies tortueuses, l’Éternel les fera marcher avec ceux qui pratiquent l’iniquité. Que la paix soit sur Israël!

 

Ce Psaume est, comme le précédent, destiné à réveiller et à entretenir la confiance en Dieu. Dans ce but, la sécurité des fidèles est mise en regard du sort qui attend les méchants ; toutes les épreuves des premiers auront une heureuse issue (1-2), tandis que la prospérité apparente des seconds ne peut être que de courte durée (3-5). C’est le même ordre d’idées que dans le Ps 1. Kimchi et Abenesra voient dans ce Psaume une prophétie de la restauration d’Israël ; ils ont raison en ceci, c’est que ce grand événement sera une conséquence du principe qui y est établi.

Versets 1-2. Ceux qui se confient en l’Éternel sont comme la montagne de Sion, qui est inébranlable et ferme pour toujours. Jérusalem, des montagnes l’environnent ; l’Éternel aussi environne son peuple, dès maintenant et à toujours.

Dans ce verset et le suivant, la sécurité du peuple de Dieu est représentée par deux images ; il est comparé d’abord à la montagne de Sion dont la perpétuité est garantie par des promesses spéciales (comp. Ps 46.6, 48.3), puis à la ville même de Jérusalem, protégée par les montagnes qui l’environnent. Il est d’ailleurs évident que ces promesses s’appliquent également à l’Église, Israël de la nouvelle alliance. D’elle aussi il est écrit que les portes des enfers ne prévaudront point contre elle. Mt 16.18. — Abenesra et Kimchi rapportent les verbes du troisième hémistiche du v. 1 aux fidèles nommés dans le premier hémistiche ; il faut alors traduire : Ceux qui se confient en l’Éternel sont comme la montagne de Sion ; ils sont inébranlables et fermes pour toujours. Cette traduction peut se justifier, cependant elle est moins naturelle que celle qui se trouve dans la plupart des versions, parce que dans le troisième hémistiche les adjectifs sont au singulier.

Verset 3. Car le sceptre du méchant ne restera pas sur le lot des justes, afin que les justes n’étendent pas leurs mains vers l’iniquité.

L’expression : sceptre du méchant nous rappelle celle de Ps 94.20. — Il peut bien arriver que les méchants aient le pouvoir de gouverner et de tourmenter les fidèles pendant un temps assez long ; mais leur sceptre ne restera pas sur les justes. Ces derniers pourraient succomber à une épreuve trop prolongée ; comp. Mt 24.21-22.

Verset 4. Ô Éternel! montre-toi bon aux bons, à ceux qui ont le cœur droit.

Comp. Ps 18.26. — « Dieu a sans doute promis de faire ce que dit le verset 3, mais la foi pousse à la prière » (Calvin).

Verset 5. Mais ceux qui s’engagent dans des voies tortueuses, l’Éternel les fera marcher avec ceux qui pratiquent l’iniquité. Que la paix soit sur Israël!

Littéralement : Mais ceux qui font dévier (il faut sous-entendre : leurs pas, leurs cœurs) vers des voies tortueuses, etc. — « Les hypocrites ne seront pas toujours mêlés aux fidèles » (Calvin).

Pasteur Armand de Mestral, Commentaire sur le livre des Psaumes – Tome 2, p. 291-293

Répondre à kiouba Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Je suis complètement très content de la manière dont vous donnez vos commentaires sur le livre des psaumes. Que le très Haut continus à vous instruire. Merci!