Skip links

Weiner: ni bien ni mal, seulement malade

Sur la sellette depuis deux semaines, l’élu de New York a réitéré samedi matin son refus de démissionner lors d’un entretien téléphonique avec Nancy Pelosi, chef des démocrates à la Chambre des représentants. Il lui a plutôt annoncé son intention de demander une brève période d’indisponibilité, le temps de recevoir une assistance professionnelle.

[…]

«Le représentant Weiner est parti ce matin pour chercher un traitement professionnel qui l’aide à devenir un meilleur mari et une personne plus saine», a déclaré sa porte-parole, Risa Heller, après l’intervention de Nancy Pelosi et cie. «Dans cette perspective, il va demander une brève période d’indisponibilité auprès de la Chambre des représentants avant de subir des évaluations et d’établir un traitement pour qu’il aille mieux.»

(extrait de l’article que Richard Hétu publiait hier sur le représentant Weiner)

En 1966 Philip Rieff publiait un livre intitulé The Triumph of the Therapeutic: Uses of Faith After Freud. Freud fut le tournant de la pensée de l’homme moderne; il modifia radicalement la façon dont les hommes voient le monde aujourd’hui. À une autre époque, on analysait le monde dans une perspective théologique; cette perspective déterminait la moralité, le bien et le mal. Aujourd’hui, nous vivons à une époque où la psychologie a triomphé de la religion, où le relativisme a triomphé de la transcendance morale, ou la thérapie a triomphé de la foi.

L’affaire Weiner est symptomatique d’une génération qui ne voit plus le péché comme une déviance morale, mais simplement comme une maladie psychologique. Lorsqu’on pose le mauvais diagnostic cependant, on aboutit nécessairement au mauvais traitement. Le péché ne peut pas être guéri, il peut seulement être expié! C’est pour cette raison que la “thérapie” chrétienne est entièrement fondée sur l’Évangile. La psychologie ne change pas le coeur humain, le Saint-Esprit le fait. Le problème de Weiner n’est pas psychologique, mais spirituel; il n’a pas besoin d’une introspection, mais d’une conversion.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Yess enfin un commentaire sur l’actualité! Le héraut est-il prêt à décoller?
    Ce commentaire semble reprendre le gazouillis d’Albert Mohler, en plus étayé. Ce dernier semble créer une petite controverse… Un lien:
    http://religion.blogs.cnn.com/2011/06/14/top-evangelical-to-anthony-weiner-try-jesus/
    Je suis d’accord avec le héraut. La psychologie semble une avenue privilégiée par les autorités civiles, probablement parce qu’elle est plus reconnue par le public. Mais de toute façon, ne serait-ce pas à ses propre autorités religieuses de reprendre Weiner? Que nous, chrétiens, reprenions cette situation pour témoigner est légitime. mais c’est les personnes qui ont de l’autorité sur lui qui ont le devoir de le ramener à l’ordre.

  2. Bonjour Benevole

    Le Héraut décolle lentement, mais surement… Nous espérons commencer nos éditoriaux prochainement, si Dieu le permet!

    C’est effectivement le commentaire d’Al Mohler qui a inspiré ce petit billet sur l’affaire Weiner. Je ne crois pas que ce dernier voulait le ramener Weiner à l’ordre comme s’il était l’un des nôtres… Je crois que Mohler voulait simplement contraster deux approches diamétralement opposées: le “sécularisme” qui repose sur la psychologie et le christianisme qui repose sur la révélation. 

    Les réactions incendiaires vis-à-vis de son commentaire révèlent effectivement la nature nouvellement “politiquement incorrecte” du discours chrétien. Ceci rejoint un peu le propos de ce billet: à savoir qu’il est étrange pour notre société de parler de sexualité et de déviance sexuelle en terme de moralité, il vaut mieux en parler en terme de psychologie. Ainsi il n’y a plus de coupable, seulement des malades. 

    C’est comme ça que notre société se déresponsabilise (cette manière de faire est flagrante dans le Service correctionnel dans l’approche avec les criminels).