Skip links

L’opprobre de Christ: Pourquoi nous ne devons nous pas venger notre Sauveur – Hébreux 13.12-14

Cette semaine nous avons assisté à un attentat meurtrier de la part de terroristes musulmans. Ces derniers voulaient venger l’honneur de Mahomet qui avait été insulté par des caricaturistes. Comment les chrétiens devraient-ils réagir lorsque c’est leur Seigneur qui est insulté? Que faire avec les moqueries et les blasphèmes contre notre Sauveur? Comment conjuguer l’offense qui est en nous avec les injonctions bibliques à montrer de l’amour envers nos ennemis? Est-il lâche ou noble de ne pas riposte?

Après avoir contemplé l’exemple du Sauveur dans son opprobre, nous verrons trois raisons pour lesquelles nous ne devons pas chercher à venger Jésus. 1. Parce que son opprobre est nécessaire au salut. 2. Parce que nous devons porter son opprobre avec lui pour avoir part à sa gloire. 3. Parce que le Seigneur se vengera lui-même de ses ennemis qui refusent de se prosterner devant lui.
Hé 13.12-14 12 C’est pour cela que Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte. 13 Sortons donc pour aller à lui, hors du camp, en portant son opprobre. 14 Car nous n’avons point ici-bas de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir.

| audio mp3 | suivre sermons via : iTunes ou RSS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Post comment

    Pardoën André says:

    Merci Pascal pour cette belle prédication qui nous rappelle que nous sommes plutôt amenés à pardonner qu’à nous venger de quiconque aura à répondre devant Christ de son attitude vis à vis de l’évangile. Soyons patient et continuons de porter son opprobre par la prédication jusqu’au retour de celui qui est l’objet de notre foi , incomprise par la multitude. Prions plutôt pour tous ceux (y compris les terroristes) pour qu’ils se repentent et reçoivent ce Sauveur sans lequel il n’y a pas de pardon.