Les enfants élevés par des homosexuels réussissent moins bien socialement que ceux élevés par des hétérosexuels

Une récente étude conduite par l’Université du Texas comparant les effets sociologiques, psychologiques et économiques qu’ont les différents types de configurations familiales sur les individus démontre qu’en général, les adultes ayant grandis sous l’autorité de tuteurs homosexuels réussissent moins bien dans la vie — selon tous les critères objectifs retenus — que ceux éduqués dans les foyers dont les parents sont hétérosexuels. Cette étude, évaluée par les pairs, est nettement plus rigoureuse que toutes les études antérieures s’étant penché sur cette question, et cela tant la par la supériorité de sa méthodologie que par la qualité de son échantillonnage. Elle fut néanmoins contestée par le lobby LGBT, mais l’Université du Texas (située dans la ville progressiste Austin) a effectuée une enquête qui a confirmé l’intégrité scientifique de ce travail impeccable.

Présentation vidéo par Minnesota for Marriage :

On constate, parmi les nombreux résultats accablants de cette étude, que les individus ayant grandis avec des lesbiennes se font, en moyenne, beaucoup plus souvent violer et subissent beaucoup plus d’attouchements sexuels.

Viol selon la structure familiale :

Cliquez pour élargir

Cliquez pour élargir

Attouchements sexuels selon la structure familiale :

Attouchements

Cliquez pour élargir

Manifestation en France pour le maintient légal du mariage traditionnel

Manifestation pour le maintient légal du mariage traditionnel en France

Posted in Actualité, LGBT, Pratique et éthique, Sujets:
Tags: ,
15 commentaires sur “Les enfants élevés par des homosexuels réussissent moins bien socialement que ceux élevés par des hétérosexuels
  1. Pascal Denault dit :

    Merci Clément de nous informer de cette étude, c’est certain qu’on ne la retrouvera jamais dans les médias québécois.

  2. George dit :

    C’est certain que pour une personne sensée, le fait de mettre en ligne cette émission « Minnesota For Marriage » pour appuyer ces propos mine sérieusement la crédibilité qu’on accordera à votre billet.
    Les résultats de l’étude sont peut-être véridiques, mais comme toujours, c’est l’interprétation qu’on en fait qui peut être cruciale. Si une configuration familiale entraîne des conséquences fâcheuses, c’est peut-être en grande partie parce qu’il existe encore énormément de préjugés envers les couples de même sexe dans nos sociétés (on l’a encore vu maintes fois chez les personnes interviewées dans la manifestation en France). Et naturellement, cela a un impact sur leurs enfants. 
    C’est un peu comme les gens qui constatent qu’aux États-Unis, un grand nombre de méfaits sont commis par des gens de race noire et qui en tirent la conclusion que « les Noirs sont dangereux, on doit les envoyer en prison ». Il ne leur viendrait pas à l’idée qu’un cercle vicieux place certaines ethnies et minorités dans des conditions défavorables plus propices au crime et que c’est ce cercle vicieux qu’on doit tenter de briser pour améliorer la situation.
    Autrement dit, une étude est là pour observer, mais les conclusions qu’on peut en tirer sont diverses. 
    En diffusant sur votre billet le reportage d’une émission ayant un parti pris clair et sans équivoque, peu crédible sur le plan scientifique ou sociologique (pour être poli), vous ne faites que montrer que peu importe les études, peu importe les résultats, votre idée est faite. Si vous aviez utilisé une émission moins tendancieuse, comme un bulletin de nouvelles conventionnel, l’effet aurait été tout autre.
    Pour en revenir à vos conclusions, je vous pose la question suivante : le monde est rempli d’orphelins. On devrait donc empêcher des personnes responsables de les adopter et de leur offrir un milieu familial, sous prétexte que ces personnes sont homosexuelles? Au lieu de travailler à l’éducation des gens et de lutter contre les préjugés?

    • @George
      Vous est-il possible d’imaginer que peut-être Dieu existe (je sais que vous êtes athée)? Vous est-il possible d’imaginer que notre existence découle de la Sienne (je sais que vous êtes évolutionniste). Vous est-il possible d’imaginer que la morale, incluant les structures sociales nécessaires au maintien du bien-être commun furent souverainement révélées par Dieu (je sais que vous êtes progressistes)?

      Maintenant, si vous imaginez que nos présupposés sont vrais, vous ne serez pas surpris de constater les conséquences dans une société qui les rejette.

      Il ne s’agit pas de bien interpréter une étude, mais bien la réalité dans laquelle nous vivons. L’enjeu est beaucoup plus fondamental que vous ne le suggérer dans votre commentaire.

  3. Clément dit :

    @ George :

    Je passerai rapidement sur vos sophismes tu type « cette émission est moins crédible que les bulletins de nouvelles conventionnels » (qu’est-ce qu’un bulletin conventionnel ? comparez Fox avec MSNBC ou Sun avec CBC !) et « être homosexuel est comme être noir » (j’ai déjà réfuté la thèse génétique de l’homosexualité).

     

    Pour ce qui est de l’interprétation des données, j’avais déjà considéré votre argument, mais je l’avais rejeté sur deux bases.

     

    Primo, c’est faux que l’homosexualité est encore majoritairement mal vue en Occident. La plupart des médias de masse, tous les gouvernements, les fonctions publiques, les judicatures, les syndicats, les divers lobbys subventionnés, etc. tolèrent l’homosexualité, à défaut d’en faire l’agressive promotion. Dans les mégapoles, on observe même une augmentation importante de jeunes s’identifiant ouvertement comme homosexuels parce que ce style de vie est devenu tellement valorisé.

     

    Cette étude en science sociale contient elle-même une donnée qui invalide l’hypothèse que les « enfants d’homos » (sic) réussissent moins bien car ils seraient stigmatisés par la société : le fait que ces gens ont quatre fois plus de chances à profiter de l’aide sociale démontre que la société est prête à les soutenir financièrement même s’ils grugent une tranche disproportionnellement élevée du trésor public.

     

    Aujourd’hui, c’est presque uniquement les chrétiens retranchés dans leurs églises qui considèrent l’homosexualité comme étant anormale, et nous savons sciemment que la quasi-totalité des homos ne viennent pas de ces milieux.

     

    Secundo, mon expérience personnelle m’induit à rejeter votre interprétation. J’ai moi-même été « élevé » par des lesbiennes, alors je connais le milieu. De 8 à 18 ans, 1998 à 2008, j’ai connu ce calvaire et j’ai eu l’occasion de croiser d’autres jeunes qui étaient dans la même situation dégoutante que moi.

     

    Jamais je n’ai eu de tracasserie par des amis ou d’autres écoliers, ou de membres de ma famille non-immédiate, à propos du comportement sexuel de ma mère. Bien au contraire, mes professeurs voyaient ma « famille » (sic) comme un heureux modèle de progressisme !

     

    La totalité des problèmes affligeant mon foyer disfonctionnel découlaient, directement ou indirectement, de la sexualité impulsive et irrationnelle de ma progénitrice. Désormais que nous sommes tous adultes et partis dans des directions différentes, je continue de voir les répercussions de cette pseudo-éducation sur mes petites sœurs (j’étais l’aîné et le seul garçon, imaginez !).

     

    Privée à la fois de modèle paternel et maternel, une d’entre elles vient, justement, d’avoir deux avortements consécutifs et de faire une tentative de suicide (cocaïne + mélange toxique de pilules). Il serait inconséquent de ma part de ne pas y voir une illustration concrète de l’étude ici discutée.

     

    Quant à l’adoption, si tellement d’orphelins gémissent aujourd’hui dans des centres d’accueils (qui relèvent de la DPJ au Québec), c’est précisément car les bureaucrates & technocrates progressistes qui gèrent ce système ont avantage ($$$) à terriblement alourdir les procédures d’adoption — autrement dit à décourager l’adoption. C’est donc votre culture progressiste qui doit porter le blâme d’un « monde rempli d’orphelins ».

     

    Mais n’ayez crainte monsieur, j’ai une solide formation d’historien, je suis donc parfaitement conscient que ce que nous subissons maintenant est une anomalie dans l’histoire de l’humanité et que ce système inique porte en lui les éléments qui assureront sa propre destruction.

     

    IN HOC SIGNO VINCES

  4. George dit :

    @ Clément
    Vous pouvez prétendre tant que vous voulez que tous les médias sont équivalents et qu’ils sont tous aussi tendancieux les uns que les autres, c’est pourtant faux. Évidemment, chaque média a plus ou moins ses couleurs politiques, mais dans les médias dont je parle, on ne connaît pas nécessairement les aspirations politiques ou les croyances religieuses personnelles des intervenants; il doit exister une liberté d’opinion dans un média pour qu’on puisse le qualifier d’une certaine neutralité; on ne pas en dire autant du média que vous avez cité dans votre billet. La nuance est importante. Mais enfin, passons.
     
    Vous dites que la société tolère, voire favorise l’homosexualité. Vous parlez des institutions, mais vous ne parlez pas de la masse. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Si les institutions ne toléraient pas l’homosexualité, vous n’auriez pas écrit ce billet. Mais la masse elle, est loin d’accepter intégralement l’homosexualité. Ce serait malhonnête de le prétendre. On a bien assisté à des progrès en la matière, mais changer les mentalités demande beaucoup de temps. L’homosexualité est encore perçue chez beaucoup de gens comme «anormale».
     
    C’est assez amusant : vous m’accusez d’utiliser des sophismes, mais vous semblez expert en la matière! Pour appuyer vos propos, vous tombez dans l’anecdote… Vous semblez avoir vécu des problèmes familiaux, et cela est regrettable, mais votre récit aurait pu arriver dans n’importe quelle famille de parents hétéros; en fait cela arrive malheureusement tous les jours. Vous tirez vos propres conclusions, mais votre récit n’explique rien en fait. 
    Vous parlez de la sexualité «impulsive et irrationnelle» de votre mère. Dites-moi, quelle sexualité est dénuée d’impulsion? Quelle sexualité est rationnelle? 
    L’homosexualité, comme l’hétérosexualité, est un comportement sexuel naturel qu’on observe chez de nombreuses espèces animales. La rationalité n’a rien à voir là dedans.
     
    Ensuite, si vous connaissez l’histoire, vous ne pouvez affirmer sérieusement que la «culture progressiste doit porter le blâme d’un monde rempli d’orphelins». Chaque époque a eu son lot d’orphelins et de miséreux, dans les pays chrétiens ou ailleurs. La bureaucratie est en effet lourde et mal foutue au Québec, mais par pitié, ne mettez pas tout dans le même panier, ne mélangez pas tout! 
     
    @ Pascal Denault
     
    Je retourne la question. Vous est-il possible d’imaginez que peut-être Dieu n’existe pas (je sais que vous êtes croyant)? Vous est-il possible d’imaginer que notre existence ne découle pas d’un être suprême (je sais que vous êtes créationniste)? Vous est-il possible d’imaginer que la morale découle d’un processus génétique que l’Homme a tenté d’expliquer, de classifier et de coder depuis des milliers d’années? Que ce processus est responsable de l’altruisme et que l’Homme n’a nul besoin d’un Dieu pour être bon? 
    Maintenant, si vous imaginez que nos présupposés sont vrais, vous comprendrez pourquoi certains trouvent l’attitude intolérante de certains croyants pour le moins dangereuse pour le bien commun. 

    • @ George
      Je peux imaginer le monde à partir de vos présupposés. Mon point était que vous étiez bien réducteur en ramenant le débat autour de l’homosexualité à l’équation suivante: en faveur de l’homosexualité = gentil ; contre l’homosexualité = méchant. Vous êtes tombés dans ce qu’on appelle l’intolérance de la tolérance: http://www.challies.com/book-reviews/the-intolerance-of-tolerance Et pas mal à part de ça!

      Vous dites: « L’homosexualité, comme l’hétérosexualité, est un comportement sexuel naturel qu’on observe chez de nombreuses espèces animales. La rationalité n’a rien à voir là dedans. »
      Avec tout le respect que je vous dois, si les animaux sont pour vous un modèle pour guider votre comportement sexuel… il est fort probable que l’on n’arrivera jamais à nous comprendre. Vous savez, certaines espèces animales mangent leurs excréments ou encore leurs petits, mais comme c’est naturel… Le viol est également très répandu et naturel dans le comportement sexuels des animaux. L’homme relève d’une autre loi que ses instincts naturels (qui sont corrompus par le péché, pas seulement pour les homosexuels, mais pour tous les hommes); il relève d’une loi divine.

    • Clément dit :

      @ George :

      Les avocats fédéraux américains attaquent le Defense of Marriage Act en cour alors qu’ils ont le mandat juridique de défendre la loi en vigueur (!), la Première ministre de l’Ontario (la plus populeuse province canadienne) est une lesbienne, et la cheffe du Wild Rose Party (supposément d’ultra-droite) en Alberta participe à la Gay Pride de Calgary. Les masses vous dites ? Justement, le référendum sur l’amendement constitutionnel au Minnesota (un « État conservateur ») a obtenu 48 % des voix, contre 52 %. Le point de bascule est franchi. Je voudrais sincèrement croire que vous avez raison sur ce point là, mais la réalité sociopolitique m’en empêchent.

      La sexualité humaine telle qu’ordonnée par le Créateur & Législateur de l’univers (hétérosexuelle monogamique) est nécessairement canalisée (donc pas strictement impulsive — si nous ne réprimons pas nos propres impulsions nous nous comportons en bêtes) et rationnelle parce qu’elle a un but rationnel & bénéfique : consolider la cohésion conjugale pour assurer la stabilité familiale afin de déployer le Royaume terrestre de Dieu.

      Pour ce qui est de mon expérience personnelle, je n’entendais nullement faire des lois générales avec des observations particulières, mais simplement illustrer des lois générales bien établies par des observations particulières (et expliquer ainsi pourquoi je suis enclin à accepter ces lois générales). La New Family Structures Study consacre le fait que les enfants d’homos réussissent drastiquement moins bien que les enfants d’hétéros dans la vie, et d’autres données confirment mon induction que les enfants/ados touchés par l’homosexualité sont très peu tracassés pour ce motif à l’école, ce qui invalide votre thèse selon laquelle ces victimes de l’homoparentalité ne feraient que subir les effets d’un inexistant mépris social.

      Autre réalité insolite : Les couples dans lesquels l’homme participe davantage aux tâches traditionnellement dévolues aux femmes font état d’un nombre moins grand de rapports sexuels

      Diantre, le mariage traditionnel est vraiment plus fonctionnel !

  5. George dit :

    @ Pascal Denault
     
    Pour arriver à avoir un échange décent, je vous prierais de ne pas déformez mes propos et ne pas me faire dire ce que je n’ai pas dit. Qui a parlé des pôles gentil/méchant? N’essayez pas de renverser les rôles : en dépit de toute votre rhétorique, c’est vous qui êtes intolérant. Je ne suis pas « en faveur » de l’homosexualité. C’est plutôt vous qui êtes « en défaveur » de l’homosexualité. Et c’est absurde et vain, puisque vous ne pouvez avoir aucun pouvoir la dessus. On ne peut pas empêcher l’homosexualité! J’accepte l’homosexualité comme j’accepte que quelqu’un ait les cheveux blonds ou aime jouer aux échecs. C’est vous qui voulez vous mêler de la vie privée des gens qui n’ont rien demandé. Tout ça sous prétexte que vous croyez que l’Homme relève d’une loi divine. Commencez par prouver ce que vous avancez, et ensuite vous pourrez vous permettre de juger les comportements sexuels d’autrui. 
    Ensuite, c’est assez malhonnête de comparer le viol à l’homosexualité. C’est totalement d’un autre ordre. Si on parle d’un rapport entre deux adultes consentants, où est le problème? On parle simplement d’un échange de fluides, entre deux adultes dans une entente réciproque. C’est tout. 
    Les animaux ne sont pas un modèle, c’était simplement pour réfuter l’argument souvent répété « ce n’est pas naturel » (qui a longtemps été le principal argument contre l’homosexualité avant que la science ne vienne rétablir les faits). En outre, nous sommes des animaux, l’ignorez-vous? Ah, c’est vrai, vous placez l’humain au dessus des animaux, à Son image..

    • Clément dit :

      Il faudrait dire « ce n’est pas naturel pour les humains » dès le départ pour que George comprenne, sinon il risque de nous comparer aux animaux puis faire une pirouette en disant qu’il ne faut pas nous comparer aux animaux.

    • N’essayez pas de renverser les rôles : en dépit de toute votre rhétorique, c’est vous qui êtes intolérant.

      La nouvelle intolérance consiste à ne tolérer aucune forme d’exclusivisme et à condamner unilatéralement tout propos qui pourrait être perçu comme offensant ou discriminatoire pour un individu. Cette forme d’intolérance est particulièrement vive de la part du lobby gai qui veut résolument museler toutes les voix qui décrient le mode de vie homosexuelle.

      C’est plutôt vous qui êtes « en défaveur » de l’homosexualité.

      On ne s’en cache pas du tout, nous croyons que ce style de vie est néfaste pour l’individu et pour la société. Des centaines d’études le prouvent (qui encore une fois sont ignorées par les médias muselés par la rectitude politique): http://www.billmuehlenberg.com/category/ethics/homosexuality/ Croire que l’homosexualité est néfaste ne signifie pas que nous avons du dégoût ou de la haine pour eux, en fait c’est l’inverse: nous désirons leur dire la vérité pour les aider. L’attitude complaisante de la société qui affirme qu’il est normal et sain d’être homosexuel, transsexuel, transgenre, bisexuel, etc. est celle qui manque d’amour. Chaque fois que j’ai accompagné quelqu’un d’une de ces catégories, je peux vous dire que cette déviance résultait de facteurs sociaux: carences importantes, violence, désordre familial, etc. J’ai toujours ressenti intuitivement que d’affirmer la normalité de ces symptômes et de les valoriser comme fait la société était un mensonge. C’est ce que croyait aussi jusqu’à tout récemment l’organisation American Psychiatric Association avant de céder à la nouvelle intolérance et de modifier sa nomenclature de la sexualité humaine.

      En plus d’être néfaste pour la vie présente, comme chrétien je crois que l’homosexualité (au même titre que les autres péchés sexuels pour lesquels un homme refuse de se repentir) aura des conséquences éternelles. Je serais donc un bien mauvais ami si je me taisais.

      Et c’est absurde et vain, puisque vous ne pouvez avoir aucun pouvoir la dessus. On ne peut pas empêcher l’homosexualité! J’accepte l’homosexualité comme j’accepte que quelqu’un ait les cheveux blonds ou aime jouer aux échecs.

      C’est une erreur (ou un sophisme) de comparer un comportement social à une caractéristique biologique. L’un appartient à l’éthique et la morale tandis que l’autre appartient à l’ontologie et le physique. C’est encore une stratégie du lobby gai de mettre sa cause au rang de la lutte pour les droits civils.

      Deuxièmement, c’est encore faux de dire « qu’on n’a aucun pouvoir là-dessus ». Ne connaissez-vous pas des organismes comme Ta Vie Ton Choix ? La Californie, soumise à la nouvelle intolérance, à même récemment adoptée une législation pour interdire ce genre de thérapie aux moins de 18 ans (même avec le consentement de leur parents). C’est du respect de l’individu ça, monsieur! Heureusement, cette loi fut, pour l’instant, déclarée inconstitutionnelle.

      Il y a peut-être des personnes qui ont cette préférence sexuelle et qui sont relativement bien équilibrées. Mais il est faux de dire qu’on vient au monde ainsi (l’émission Découverte a présenté les études qui réfutent l’idée du gène homosexuel). C’est généralement un facteur social néfaste qui entraine cette orientation et plusieurs sont inconfortables avec l’attirance qu’ils ressentent…

      Il y a aussi des personnes qui ont une attirance « naturelle » pour les enfants. Que leur dites-vous? Avec la même rhétorique que le lobby gai, ils sont parvenus à former un parti politique aux Pays-Bas afin de faire accepter cette orientation dans l’opinion publique. Voici aussi l’article de Wikipédia à ce propos: http://fr.wikipedia.org/wiki/PNVD. J’aimerais bien savoir ce que vous en pensez?

      C’est vous qui voulez vous mêler de la vie privée des gens qui n’ont rien demandé.

      C’est vrai que c’est leur vie privée et je ne demande pas que les gouvernements interdisent cette pratique. Cependant, je crois que le gouvernement fait fausse route en louangeant le mode de vie LGBT, en le finançant, le cajolant et en commandant à toute la société de fléchir les genoux devant ces affirmations: http://www.justice.gouv.qc.ca/francais/ministere/dossiers/homophobie/homophobie.htm

      Ensuite, c’est assez malhonnête de comparer le viol à l’homosexualité. C’est totalement d’un autre ordre. Si on parle d’un rapport entre deux adultes consentants, où est le problème? On parle simplement d’un échange de fluides, entre deux adultes dans une entente réciproque. C’est tout.

      J’y suis seulement allé selon vos critères: une impulsion intense qu’on retrouve à la fois chez les animaux et les hommes. Le viol est probablement un comportement plus fréquent encore que l’homosexualité, autant chez les hommes que chez les animaux. Vous qui croyez que l’homme n’est qu’un animal, pourquoi voulez-vous qu’il se comporte mieux que la bête? Vous qui croyez que la moralité n’est que la conscience de ce que les autres attendent, pourquoi ne reconnaissez-vous pas que l’immoralité du viol n’a rien de mal en soi sinon que d’être socialement mal vu (tout comme l’homosexualité selon vous)? Et de plus, le consentement, qui est fondamental à la moralité, ne suffit pas à lui seul pour légitimer un acte du point de vue moral, sinon que penser de cet homme qui s’est volontairement fait manger?: http://fidesjustice.free.fr/html/canibal1.html Les hommes se mettent constamment d’accord entre eux pour transgresser la loi morale de Dieu.

  6. George dit :

    Haha! Oui, sauf que l’humain est lui même un animal… et si une espèce extraterrestre étudiait l’humain, elle constaterait que l’homosexualité, comme l’hétérosexualité, est naturelle chez l’humain, animal terrestre.
    A la rigueur, je respecte votre opinion concernant le débat sur les enfants des homosexualité, car on peut en débattre selon moi. C’est votre refus de l’homosexualité elle même qui me fait réagir, car il est tout simplement absurde et impossible de taire ou étouffer cette orientation sexuelle, qui est humaine et qui n’est pas violente ni nuisible et qui n’est pas « une maladie qui s’attrape », comme vous semblez le croire.

    • Clément dit :

      Si des créatures raisonnées pouvaient voir des homosexuels (humains ou animaux) copuler depuis l’espace (ce qui n’est pas le cas), sans doute qu’elles se riraient « Merde, ces créatures terrestres copulent d’une façon stérile qui va à l’encontre de la survie de leur espèce. Les terriens ne doivent donc pas être rationnels comme nous ! »

  7. George dit :

    Intéressant. Donc, vous prenez d’emblée pour acquis que l’homosexualité n’existerait pas chez ces observateurs extraterrestres? Je ne me prononcerais pas si vite…
     
    Au contraire, un être rationnel reconnaît que la sexualité sert à autre chose qu’à la reproduction (en dehors d’une fois tous les neuf mois!) : on s’en sert notamment pour le plaisir simplement et parce que c’est sain!
     
    « qui va à l’encontre de la survie de leur espèce »
    L’homosexualité existe depuis la nuit des temps et l’espèce humaine n’a jamais été en danger (du moins depuis le paléolithique).
     
     

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque publication par courriel

Rejoignez les 3 369 autres abonnés

En direct dans…

TOUS LES DIMANCHES
9H - Histoire de la Réforme
10H - Culte dominical
Cliquez ici pour ouvrir la diffusion dans une autre fenêtre.

Archives