Martin Luther – La tyrannie du communisme

Voici ce que Martin Luther pense de la théologie de la libération…

Au temps de la Réforme protestante, certains paysans se soulevèrent contre l’autorité en clamant que l’Évangile les affranchissait des autorités civiles et leur donnait droit aux biens des seigneurs puisque les richesses de la chrétienté devaient être communes. Voici comment le Réformateur Martin Luther répondit à ceux qui tordent l’enseignement sur la liberté du chrétien :

« Le baptême n’affranchit pas les corps et les biens, mais les âmes. De même, l’Évangile ne réalise pas la communauté des biens, à moins que certains veuillent le faire d’eux-mêmes et volontairement, comme avaient fait les apôtres et disciples (Actes 4), eux qui n’exigeaient pas que soient mis en commun les biens étrangers d’Hérode et de Pilate, comme le réclament en tempêtant nos fous de paysans, mais leurs biens propres. Nos paysans, eux, veulent avoir en commun les biens des autres, ceux qui ne leur appartiennent pas, et garder pour eux leurs propres biens ; ce sont de singuliers chrétiens! »

Posté dans PENSÉES CHRÉTIENNES
Tags : , , , , ,
About the Author
Pascal est pasteur de l'Église réformée baptiste de Saint-Jérôme qu'il sert depuis 2005. Il est marié avec Caroline et ensemble ils sont les heureux parents de quatre enfants. Pascal a complété un baccalauréat et une maîtrise en théologie à la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Il est l'auteur des livres: Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia) – Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme) – The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2017 Revised Edition, Solid Ground Christian Books).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque publication par courriel

Rejoignez 3 077 autres abonnés

En direct dans…

TOUS LES DIMANCHES
9H - Histoire de la Réforme
10H - Culte dominical
Cliquez ici pour ouvrir la diffusion dans une autre fenêtre.

Archives