Skip links

Le gouvernement devrait-il criminaliser la prostitution? (partie 2)

Suite à la conversation d’hier, nous répondrons directement à la question soulevée dans le titre de ce billet… Nous croyons qu’il serait moralement bon et politiquement acceptable de criminaliser la prostitution au Canada. En voici les raisons.

Jouer l’audio

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Bonjour Pascal, je ne suis pas d’accord avec votre position même si je l’a respecte.
    Voici ma position sur le sujet qui ne plaira pas à certains  libertariens de gauche et anarchistes  😉
    Je suis pour la légalisation de la prostitution pour les personnes de 21 ans et plus comme en Allemagne.
    Par contre, je considère qu’une personne en bas de 21 ans n’a pas la maturité mentale pour être considérée comme consentante.
    Un moment donné faut tracer la ligne quelque part.
    Je suis donc pour des peines ultra-sévères à tous les clients et proxénètes abusant des personne mineures (même entre 18 et 21 ans).
    De plus, je suis aussi pour que le Gouvernement Fédéral ne s’ingèrent plus dans le domaine de la moralité.
    Je souhaite que ce soit les provinces qui gèrent ce dossier  au niveau de l’avortement, de l’âge de consentement sexuel, de la drogue et de la prostitution.
    Si l’Alberta veut criminaliser l’avortement et la prostitution qu’elle le fasse. Si le Québec veut faire le contraire, qu’il le fasse aussi.
    Ce sera aux gens à voter avec leurs pieds…
    En passant, connaissez-vous le Chrisitan Exodus? C’est une groupe de chrétiens américains qui veulent déménager en Caroline du Sud pour pouvoir voter des lois interdisant l’avortement la-bas.
    Même si je ne suis pas intéressé, j’approuve leur mouvement et je les encourage à le faire.
    http://christianexodus.org/index.php?option=com_content&view=article&id=9&Itemid=37
    Merci de me lire 😉
     
     
     
     
     
     
     

    1. Salut Martin, merci pour ton commentaire.
      Tu dis:

      Par contre, je considère qu’une personne en bas de 21 ans n’a pas la maturité mentale pour être considérée comme consentante.
      Un moment donné faut tracer la ligne quelque part.

      Qu’en est-il de celles qui ont plus de 21 ans et qui n’ont pas la maturité mentale ou qui sont extrêmement démunies socialement, sont-elles réellement consentantes? Le consentement est-il à lui seul suffisant pour justifier l’exploitation (si on accepte la notion que les prostitués sont presque toujours vulnérables, ce qui semble évident en considérant les facteurs qui mènent à la prostitution)?

      Il faut effectivement tracer la ligne quelque part, mais la ligne libertarienne, où seule la liberté individuelle est normative, n’est-elle pas moralement insuffisante pour garantir le bien commun de la société?

      Vive la liberté!, pourvu que celle-ci soit définie par le bien, autrement la liberté devient vite un esclavage. Il faut beaucoup de maîtrise pour demeurer libre et les normes sont une aide à la maîtrise de soi tandis que l’absence de norme est un incitatif à la licence qui mène inéluctablement à l’asservissement. Ceci étant dit, je ne milite pas en faveur d’un étatisme moral, je crois que toute immoralité ne devrait pas être illégale, cependant le cas de la prostitution est comparable à de l’exploitation et c’est ici que je trace une ligne (qui me semble raisonnable, possiblement même pour un libertarien).

      Pour demeurer réellement libre, il faut parfois sacrifier un peu de “liberté”; je sais que les libertariens trouvent cette notion abominable, mais lorsqu’on définit la liberté comme étant l’affranchissement du mal (de l’esclavage) et non comme étant une autonomie individuelle absolue, on réalise qu’être libre c’est être soumis au bien et non pas à sa propre volonté, car celle-ci est soumise au mal. L’erreur du libertarianisme est de supposer le bon fonctionnement du libre arbitre de l’homme, or ce n’est pas le cas, l’homme n’est pas réellement libre, il est esclave du péché… “Chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui.” (2 P 2:19) “En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.” (Jn 8:34)

      La théologie sous-tend toute chose, c’est pourquoi il importe d’avoir un regard théologique sur le monde; seulement, la plupart des gens passent à la politique, à la sociologie et aux autres sciences humaines sans même examiner leurs présupposés théologiques (conscients ou inconscients).

      Merci pour le lien, j’va tchéquer ça!