Le fondement scientifique du créationnisme

Dans cette émission, Julien nous explique pourquoi la théorie créationniste a une longueur d’avance sur la théorie évolutionniste. La manifestation de la vie de l’époque cambrienne fait état d’espèces qui apparaissent soudainement et non d’une lente évolution. Mais ce n’est pas tout…

Jouer l’audio de l’émission

Posted in Apologétique, Création/évolution
Tags: , , ,
About the Author
Pascal est pasteur de l'Église réformée baptiste de Saint-Jérôme qu'il sert depuis 2005. Il est marié avec Caroline et ensemble ils sont les heureux parents de quatre enfants. Pascal a complété un baccalauréat et une maîtrise en théologie à la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Il est l'auteur des livres: Le côté obscur de la vie chrétienne (2019, Éditions Cruciforme) – Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia) – Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme) – The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2017 Revised Edition, Solid Ground Christian Books).
21 commentaires sur “Le fondement scientifique du créationnisme
  1. Michel THYS dit :

    Je vous réponds en tant qu’ancien croyant protestant « libéral », athée depuis plus de 50 ans..
    Merci pour votre commentaire.

     http://michel.thys.over-blog.org/article-pourquoi-les-creationnistes-ou-partisans-du-dessein-intelligent-le-sont-ils-64421739.html

    • Bonjour Michel
      Votre article est un paradigme de l’opinion voulant que le créationnisme est fidéiste exclusivement et n’a rien de scientifique alors que Julien a donné uniquement des raisons scientifiques pour défendre la théorie du créationnisme et n’a nullement invoqué l’Écriture. L’argumentation anti-créationniste se conforte dans un raisonnement ad hominem tout en prétendant avoir fait la preuve de leur théorie… Le débat continu et la preuve évolutionniste s’effrite et ça c’est objectif tout comme le débat sur le réchauffement anthropique ou n’importe quel autre débat de nature scientifique!

  2. timo! dit :

    De toutes évidences, vous êtes incompétent au moins dans le domaine scientifique et vous n’avez même pas assimilé les grands principes de l’évolution. A partir de là, difficile d’avoir un débat.
    De pus, l’évolution est quelque chose qu’on peut observer, certes pas chez les humains ou même la plupart des mammifères à cause d’échelle de temps trop long, mais chez les bactéries où les insectes on l’observe très bien.
    Le nier relève d’une mauvaise foi difficilement mesurable.

    • Cher timo!… juste un ti-mot pour vous répondre. Votre échelle de temps trop longue pour valider votre théorie est bien commode… Autrement dit, vous croyez une théorie invérifiable. Concernant l’évolution des bactéries et insectes; peut-être n’avez-vous pas entendu mon interlocuteur affirmer qu’il ne niait pas, non plus que l’ensemble des créationnistes ou tenants du dessin intelligent, la micro-évolution. Cependant, vous allez un peu vite en affaire en passant de la micro-évolution à la macro-évolution… c’est un peu anti-scientifique comme déduction! Aussi, il est facile de dire que les autres sont incompétents sans même tenter de répondre à leurs arguments, nommément l’apparition spontanée de multiples espèces à l’époque cambrienne. J’imagine que vous ne voulez pas vous abaisser à discuter des ces choses là avec un incompétent et c’est pourquoi vous ne voulez pas débattre.
      Je vous envoie néanmoins un gros bisou mouillé et vous souhaite une belle journée!

    • @ Henry Spencer (qqn qui me laisse des commentaires insultants sous un pseudonyme avec une fausse adresse courriel et qui ensuite se permet de me faire la morale parce que je ne publie pas ses commentaires)

      Cher m. Spencer, si vous ne vous cachiez pas derrière une fausse adresse courriel, voici le message que vous auriez reçu hier par courriel en réponse à votre premier commentaire:

      « Puisque vous ne prenez pas la peine de répondre aux arguments présentés, je ne prendrai pas la peine de publier votre commentaire inutile. J’imagine que si les preuves de l’évolutionnisme sont « accablantes », vous n’aurez aucune difficulté à répondre aux arguments au lieu de vous conforter dans des insultes (mais c’est peut-être parce que c’est tout ce que vous avez). Et si vous êtes si sûr de votre affaire, peut-être aimeriez-vous débattre avec Julien dans un débat officiel devant public? »

      Aucun des évolutionnistes qui ont commenté ici et sur le site des sceptiques du Québec (ils ont posté un lien vers cette émission en se félicitant de leur intelligence et en se moquant de nous), n’a été capable de faire autre chose que des attaques ad hominem. Ils aboient fort, mais n’ont pas beaucoup de substance!

      Alors m. Spencer, si vous voulez commenter, trouvez quelque chose d’intelligent à nous répondre et il nous fera plaisir de vous laisser argumenter, mais pour cela vous devez avoir des arguments!

  3. Martin dit :

    Bonjour à vous. J’ai longuement réfléchis avant d’écrire ce commentaire et pour cause, je suis athée. Les débats que j’ai eu avec des créationnistes ont tous, sans exception, été stériles; le chrétien garde en présupposé la toute puissance de dieu alors que je garde les miens en matière de science, chacun convaincu du bien fondé de sa position…
    J’ai donc cherché un moyen pour que tous nous puissions nous rejoindre et partir du même point dans notre discussion. Voici ce que je vous propose: faisons ensemble, si vous le voulez bien l’expérience de pensée suivante.
    Imaginons un monde vierge de tout présupposé religieux ou scientifique duquel sont absent

    dieu
    l’évolution
    Jésus
    le big bang

    Je crois que nous pourrons nous mettre d’accord sur l’une des premières questions que se poserait cette société: Qui sommes nous et quel est ce monde dans lequel nous vivons? D’ou cela vient-il?
    Je réfléchis présentement à cette question. Je vous posterai le résultat de cette démarche et j’aimerais bien connaitre le votre.
    Amicalement, Martin

    • Bonjour Martin
      J’apprécie votre démarche et votre désir d’avoir un échange qui ne soit pas stérile. Je me questionne cependant sur la possibilité d’avoir une réflexion dénuée de présupposition… Par contre, je suis d’accord que nous devons tenter de réfléchir le plus objectivement possible tout en prenant conscience des éléments qui teintent notre réflexion. J’ai hâte de lire l’aboutissement de votre méditation et de poursuivre l’échange!

    • Une des raisons pour laquelle je doute de la possibilité de raisonner sans présupposition, c’est que pour raisonner ainsi, il est nécessaire de présupposer qu’on peut découvrir la vérité à partir de la réalité brute… Ce présupposé est aussi arbitraire que les autres présupposés que vous énumérés et il implique que l’homme soit apte à comprendre le monde à partir de lui-même. Vous présupposez donc que l’entendement humain n’est pas contaminé par la dépravation. Je ne partage pas ce présupposé. On ne s’en sort pas!

  4. Martin dit :

    Oui, c’est un présupposé arbitraire. Je croyais que nous pourrions l’adopter tout deux pour s’en servir comme base de départ de discussion. Comme il vous est impossible de le partager j’argumenterai autrement.
     
    Je m’attaquerai donc aux deux idées présentées dans la chronique en commençant par la première: les prédictions. Votre invité prétend que le registre fossile constitue une preuve du créationnisme car il démontre que les formes de vie sont apparue de façon soudaine et qu’ils étaient complet. Il ajoute comme preuve supplémentaire de notre erreur l’absence de prédiction juste de la part des évolutionnistes. Il est dans l’erreur.
     
    Julien semble considérer le registre fossile comme un enregistrement continu de ce qui a vécu en un endroit précis. Pourtant il n’en est rien. De grandes variations dans le climat ou la géographie d’un lieux peuvent faire cesser le processus de fossilisation ou le faire recommencer. Ce n’est pas un film qu’on regarde du début à la fin en espérant y voir l’évolution en action, c’est plutôt comme une photo prise à une époque bien précise. Les formes de vie y apparaissant semblent achevée car elles le sont! Elles ont toutes été, à une certaine époque et parfois encore aujourd’hui, une réussite évolutive. Certaines sont disparues faute de s’être adaptées à leur monde changeant, les autres parce qu’elles se sont si bien adaptées qu’elles se sont transformées en une autre espèce. À ce propos, il est faux de prétendre que le tyrannosaure n’a pas de prédécesseur alors qu’il en existe un: l’albertosaure, trouvé, comme son nom l’indique, en Alberta. 
     
    L’évolution fait des prédictions. Par exemple elle nous dit que de la plus ancienne strate fossile à la plus récente les animaux évoluent en complexité. Nous pouvons l’observer facilement: il n’y a pas de mammifère dans la strate cambrienne…
     
    Passons maintenant aux relations symbiotiques. Cette fois Julien nous démontre sa méconnaissance totale de la théorie évolutionniste en citant l’apparition simultanée comme un miracle devant se produire des millions de fois, comme si les abeilles et les fleurs étaient apparues ensemble par hasard. Les deux évoluent de concert, en parallèle. Tel groupe de proto-abeille apprécie l’excroissance sucrée de telle plante. Les deux y trouvant leur avantage évoluent en symbiose. L’objectif final n’est pas définit, seul compte la survie, se projeter une autre génération en avant.

    • Cher Martin
      Je suis loin d’être un spécialiste de ces questions… J’aimerais néanmoins savoir pourquoi vous êtes athée. Car je crois que si nous entreprenons un débat sur l’exactitude des données scientifiques et de leur bonne interprétation, nous risquons fort de demeurer dans un échange stérile, c’est pourquoi je préfère savoir quelles sont les raisons fondamentales de votre athéisme (et cela est davantage dans mon champ de compétence)

  5. Martin dit :

    Je suis un peu déçu de ne pouvoir débattre ici de questions scientifiques. J’aurais beaucoup aimé le faire puisque c’est le sujet de la chronique; si jamais quelqu’un ayant les compétences nécessaires passe par ici j’aimerais bien entendre ses arguments.
     
     
     
    Les raisons fondamentales de mon athéisme… Nous nous serions rencontré il y a quelques années je me serais présenté comme agnostique mais mes conversations avec un ami chrétien fondamentaliste m’ont forcé à préciser ma pensée. Je suis et j’ai toujours été passionné de science: l’astrophysique en premier lieu, la biologie ensuite. Big bang et évolution sont pour moi une source intarissable d’émerveillement.
     
    Depuis que l’homme a tourné son regard vers le ciel et qu’il s’est demandé quel était donc la nature profonde de ce monde l’entourant il a élaboré un nombre impressionnant de réponses. En premier lieu vinrent les cosmogonies primitives comme l’oeuf cosmique ou la grande tortue, auquel s’ajoutèrent de larges panthéons de dieux pas toujours très avenants. D’un autre côté des hommes s’aventuraient à créer les premières hypothèses sur la nature de l’Univers, certaines comme celle sur l’atome d’une étonnante justesse sachant qu’elles ne furent prouvées que plus de 2500 ans plus tard!
     
    Les religions quand à elles se diversifiaient sans cesse: polythéistes, monothéistes, toutes avec ds conceptions bien différentes du monde elles étaient, pour des analphabètes ignorants, la seule façon possible d’appréhender le monde.
     
    La connaissance a beaucoup progressé depuis ces temps reculés alors que la religion n’offre que sa vision dépassée du monde. Le dieu qui faisait se lever le soleil et rouler le tonnerre a été poussé dans son ultime retranchement. Les récits bibliques fabuleux ont été démontrés historiquement douteux (de façon magistrale dans le cas du déluge qui ne peux raisonnablement pas avoir eu lieu sur toute la surface de la terre)
     
    Je pense qu’il reste encore une petite place pour l’hypothèse « dieu », quelque part avant la big-bang… Il est encore aujourd’hui une explication plausible concernant l’ajustement des constantes fondamentales que sont les forces nucléaires forte et faible, la force gravitationnelle, la vitesse de le lumière ou la fameuse constante cosmologique ajustée à la 120ème décimale. Mais je pense que ces choses seront expliquées un jour sans aide divine.
     
    Je ne crois pas qu’il existe un quelconque dieu parce que tout s’explique sans lui. Il y a encore des trous et des zones d’ombre; ce sont quelques poignées pour les créationnistes qui s’empressent d’y voir des failles impossible à colmater, ignorant tout bonnement que toujours les questions soulevées par notre ignorance trouvent réponse.
     
    Je suis athée parce que rien ne démontre la nécessité de dieu.
     

    • Bonjour Martin
      Vous me semblez confondre mécanisme et causalité. Il est vrai que l’homme, lorsqu’il ne comprenait pas les mécanismes cosmiques, naturels et biologiques, expliquait à l’aide de superstitions et de croyances farfelues et magiques les phénomènes qui l’entouraient. Cependant, la compréhension des mécanismes n’exclut d’aucune façon la nécessité d’une cause première à la nature.

      Votre raisonnement me fait penser à quelqu’un qui contemplerait une machine hypersophistiquée et qui, parce qu’il comprendrait son fonctionnement, affirmerait que cette machine n’a aucun créateur puisque celui-ci n’est pas nécessaire pour expliquer le fonctionnement de la machine. Ce raisonnement m’apparait contraire à l’intelligence humaine que vous semblez valoriser. La machine témoigne d’elle-même qu’elle a un créateur et vous indique une multitude de caractéristiques de ce créateur sans que vous ne le connaissiez. Vous ignorez si c’est un homme ou une femme, son âge, sa race, etc., mais vous savez que derrière cette machine il y a une volonté, une intelligence et un dessin. La présence de cette machine vous atteste l’existence son créateur et le nier serait de la pure folie.

      C’est exactement la même chose avec l’univers créé. Voici ce que la révélation biblique affirme à ce propos :

      Ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux [les hommes], Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. (Rm 1.19-20)

      Vous ne pourriez jamais accepter l’auto-existence d’un système simple ou complexe, mais pourtant vous avalez la doctrine de l’auto-existence du système le plus complexe. Ceci m’apparait comme une incohérence coupable qui révèle votre désire de vous émanciper de Dieu…

      Cet émerveillement que vous ressentez devant la beauté de la création (bien qu’elle soit déchue) vient de la pensée de l’éternité que votre Créateur a mise dans votre cœur (Ecc 3.11). Comment pouvez-vous croire à la beauté, à l’ordre et à un émerveillement devant la vie tout en croyant à un monde ex nihilo ? Votre émerveillement vient du fait que vous voyez une merveille, une intelligence transcendante, une beauté parfaite au travers de la création qui en est le reflet. Vous faites l’écho du psalmiste David qui s’écrie : « Tes oeuvres sont admirables, Et mon âme le reconnaît bien. » (Ps 139.14)

      Une autre considération que vous me semblez passer outre est celui de la transcendance. Si vous êtes athée, vous êtes forcément immanentiste et matérialiste. S’il n’existe rien en dehors du monde naturel, comment expliquez-vous le concept de personnalité? Une origine impersonnelle de l’existence ne peut engendre une existence personnelle. Une origine non intelligente de l’univers ne peut engendrer un univers intelligent. Or, je présume que vous croyez en l’existence de personnes intelligentes et non seulement de choses animées. L’intelligence et la personnalité, pour être vraies, doivent provenir d’une personne et d’une intelligence absolues.

      Une autre erreur de votre raisonnement consiste à déterminer la métaphysique par la physique. Vous limitez entièrement votre compréhension du monde à partir du monde visible. Ce faisant, vous court-circuitez le raisonnement en déterminant arbitrairement que l’existence se limite au monde visible et naturel. Vous êtes donc piégé par votre propre raisonnement, car vous présupposez qu’un monde naturel a une origine naturelle qui se comprend par des moyens naturels. Or, si le monde naturel a une origine surnaturelle qui se comprend par un moyen de même nature, nommément la foi, vous ne pourrez jamais le savoir, car vous avez déjà déterminé que votre épistémologie devait se limiter aux choses naturelles.

      C’est un peu comme si le premier étage d’une maison représentait le monde physique et le deuxième étage représentait le monde métaphysique. Or, vous avez pris l’échelle qui mène au deuxième étage, vous l’avez brûlée au feu et maintenant vous dites : « Il n’y qu’un seul étage dans cette maison! » Voici ce que l’Écriture divine déclare à cet effet :

      C’est par la foi que nous reconnaissons que le monde a été formé par la parole de Dieu, en sorte que ce qu’on voit n’a pas été fait de choses visibles. (Hé 11.3)

      En terme philosophique: le monde naturel n’a pas une origine naturelle, mais surnaturelle et ce n’est pas par la vue (par des moyens naturels) qu’on peut découvrir cette origine, car la vue est limitée aux choses naturelles. Or, puisque l’origine du monde est surnaturelle, c’est par la foi qu’on peut le comprendre, car ce moyen est le seul qui soit compatible avec la nature de la véritable origine de ce monde : une origine invisible (surnaturelle); Dieu a créé ex nihilo in nihilo par la puissance de sa Parole.

      Je crois que votre athéisme vient en grande partie d’un problème épistémologique et de mauvais présupposés. De plus, votre naturalisme est exactement de la même nature que les religions que vous condamnez : vous expliquez la nature par la nature. L’idolâtrie consiste à rejeter le vrai Dieu pour se faire un dieu à partir de la chose créée :

      « Eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen ! » (Rm 1.25)

      L’évolutionnisme est une idolâtrie moderne. Comme toutes les formes d’idolâtries, elle consiste à donner à la chose créée la gloire qui revient à Celui qui l’a faite. En attribuant à la nature la cause de sa propre existence, vous lui donnez la gloire qui revient au Créateur. L’homme est un idolâtre aveugle jusqu’à ce qu’il rencontre le Dieu véritable. Je vous souhaite vraiment de tout cœur de trouver, ou plutôt, d’être trouvé par votre Créateur. Votre émerveillement sera sans fin!

    • Re-bonjour Martin, comme vous j’ai toujours ressenti un sentiment d’émerveillement devant le cosmos. J’ai été particulièrement émerveillé en visionnant ce documentaire:

  6. julien dit :

     
    Martin vous dites :
    Je ne crois pas qu’il existe un quelconque dieu parce que tout s’explique sans lui. Il y a encore des trous et des zones d’ombre; ce sont quelques poignées pour les créationnistes qui s’empressent d’y voir des failles impossible à colmater, ignorant tout bonnement que toujours les questions soulevées par notre ignorance trouvent réponse.
    Le registre fossile est le seul témoin de l’histoire de la vie. Compte tenu que les théories scientifiques se valident à partir de prédictions/observations, la théorie créationniste est validée par le portail global dressé par le registre fossile : en tout lieu, les formes de vies apparaissent *soudainement* dans le registre fossile, elles apparaissent *complètement formées* et sans prédécesseur dans les strates avoisinantes. Cela correspond à la figure attendue dans un scénario de création, mais c’est à la fois totalement l’inverse de la prédiction évolutionniste.
     
    Stephen J. Gould, évolutionniste et fameux paléontologue déclare :
    ———————————
    « L’extrême rareté des formes de transition est le secret de fabrique de la paléontologie… L’historique de la plupart des espèces fossiles comprend deux caractéristiques allant à l’encontre du gradualisme :
     
    1. La fixité. La plupart des espèces ne démontrent aucun changement de direction tout au long de leur durée sur terre. Dans le registre fossile, leur apparence est à peu près la même à leur disparition; les changements morphologiques sont habituellement limités et sans direction.
     
    2. L’apparition soudaine. Peu importe la zone locale, les espèces n’apparaissent pas graduellement, à la suite de la transformation constante de leurs ancêtres; elles apparaissent plutôt tout d’un coup et « complètement formées »
    ———————————-  
     
    L’argumentation évolutionniste exploite des :
     
    1) Phénomènes isolés : une mutation qui handicape partiellement une bactérie mais lui permet de combattre un antibiotique, un fragment de fossile difficile à classifier ;
     
    2) Phénomènes partiellement rapportés et interprétés très subjectivement : les fossiles de l’Archéoptéryx et Basilosaurus, la « convergence » des adaptations marines ;
     
    3) Fraudes et problèmes de mise à jour : l’argument embryologique (fraude), la similarité du génome singe-homme (mise à jour) ;
     
    4) Confusions terminologiques : classifier des différences de tailles, couleurs et de formes comme des exemples d’évolution (cheval, sélection domestique, etc …). 
     
     
     
    Martin vous dites :
    (de façon magistrale dans le cas du déluge qui ne peux raisonnablement pas avoir eu lieu sur toute la surface de la terre)
     
    Nous connaissons aussi des strates de sédiments qui s’étendent sur des centaines de km traversant parfois plus d’un continent. Les caractéristiques de telles strates sont uniformes sur toute la longueur et parfois contiennent les mêmes fossiles d’un bout à l’autre. Ces faits témoignent que la couche de sédiments en question est le résultat d’un unique évènement catastrophique qui s’est produit sur un cours laps de temps (sinon les animaux morts auraient pourries bien avant d’être fossilisés.)
     
    On trouve de tels exemples dans le Grand Canyon. Le dépôt calcaire Redwall Limestone contient un vaste cimetière de fossiles qui s’étend sur 290 kilomètres (180 miles).
     
    Dans cette couche de sédiments de 2 mètres de largeur, on trouve des milliards de nautiloids fossilisés (du groupe des mollusques). Ce cimetière de fossiles s’étend du nord de l’Arizona au sud Nevada couvrant 30 000 kilomètres carrés (10 500 miles carrés).
     
    Ce phénomène s’explique par une catastrophe unique, de grande envergure et s’étant produit sur une courte période. Les raisons sont les suivantes :
     
    1-    la couche de sédiments est mince et continue, elle ne peut donc pas résulter de plusieurs mouvements de sédiments répartis dans le temps (c’est-à-dire, éloignés par des millions d’années) ;
     
    2-    l’uniformité de l’écosystème fossilisé qu’elle contient témoigne que les nautiloids n’ont pas eu le temps de migrer ailleurs avant d’avoir été tous capturés par le mouvement de sédiments qui les a fossilisés.
     
    Ce n’est là qu’un exemple parmi une grande multitude de cas observés qui penchent en faveur d’une formation rapide des reliefs terrestres, et ce, par des évènements catastrophiques.
     
    Nous pourrions rappeler aussi que toutes les strates géologiques contiennent des fossiles d’éléments organiques (15000 documentés dans des revues spécialisées) et contenant des teneurs élevés en carbone-14, un élément qui pourtant se dégrade complètement en, au maximum, 115 000 ans. Les strates sont donc « jeunes » et approximativement du même âge.

  7. julien dit :

    Martin vous dites :
    Julien semble considérer le registre fossile comme un enregistrement continu de ce qui a vécu en un endroit précis. Pourtant il n’en est rien. De grandes variations dans le climat ou la géographie d’un lieux peuvent faire cesser le processus de fossilisation ou le faire recommencer.
     

    Le registre fossile n’est rien d’autre qu’un album de photos. Personne ne peut mesurer les périodes de temps qui séparent les strates. Si on en croit les fossiles polystrates (des arbres fossilisés au travers de plusieurs strates) et bien les strates se sont déposées en même temps.
     

    Étant donné que l’album ne dresse AUCUNEMENT le portail de figure attendue par l’évolution, vous insérez une « excuse », une « patch » d’évitement des données réelles pour faire survivre la croyance évolutionniste.
     

    La réalité est la suivante : la théorie de l’évolution ne survit que par le tricotage d’explications sur sa non-conformité apparente. On nous dit de croire l’histoire du Père noël même si on ne l’a jamais vu (comme les fossiles transitionnels). L’explication est que le Père noël ne peut entrer dans la maison que lorsque tous les enfants dorment. Et hop ! On impose une condition qui fait que le test de l’observation devient impossible.
     

    L’évolutionnisme survit donc, mais le test des prédictions sur le registre fossile étant maintenant exclut, elle survit comme croyance uniquement et ne rencontre plus les critères de scientificité.

  8. Martin dit :

    Wow! Merci beaucoup Julien et Pascal pour vos réponses. De longues heures de réflexions me seront nécessaire pour tout assimiler et bien d’autres encore le seront pour élaborer une réponse cohérente (au moins de mon point de vue).
     
    Je prendrai le temps d’écouter ce documentaire ce soir.

  9. Jean-Sébastien dit :

    @Martin : Bien le bonjour ! J’aimerais quelques instants entretenir la proposition que vous avez lancé sur un monde imaginaire : « Imaginons un monde vierge de tout présupposé religieux ou scientifique duquel sont absent
    dieu
    l’évolution
    Jésus
    le big bang
    Étant philosophe de formation en plus de ma formation en théologie, j’aimerais aborder la question de cet angle.  La question la plus importante de l’histoire de la philosophie est sans nul contredit la question de Leibnitz (reprise aussi par Sartre) : Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?
    La question est très loin d’être banale en ce que s’il n’y avait rien au départ, il ne devrait pas non plus y avoir rien maintenant… et jamais. C’est d’ailleurs un principe fondamental de la science : « Ex nihilo, nihil fit » (De rien, rien ne vient).
    Le fait même que nous avons cette discussion démontre notre existence (ou comme Descartes le disait si bien : même si nous étions trompés par un malin génie en ce moment, un d’entre-nous doit être quelque chose, car quelque chose pose une question, un doute… je doute… donc je suis (cogito erga sum!)
    Descartes, à partir de notre existence, démontre le fait qu’un Dieu doit exister. Pourquoi ? Parce que s’il n’y avait rien avant, il n’y aurait rien maintenant. Or il y a quelque chose. On passe facilement par-dessus en considérant le monde comme le monde naturel que nous mettons en contraste avec le « surnaturel » que nous considérons farfelu, mais dans la réalité : l’existence de notre monde est aussi improbable et surnaturelle que l’existence de Dieu.
    La seule façon de contourner la question (je devrais plutôt dire « l’aporie ») de Leibnitz est de postuler, comme les grecs que le monde est éternel, qu’il a toujours existé.

    Or, un monde éternel ne règle pas du tout le malaise des athées en ce que un monde qui a toujours existé est 1) contre la science qui croit en un commencement et 2) on demeure avec le problème d’une entité qui a toujours existé !
     
    La réalité c’est que nos deux options sont aussi irrationnelles l’une que l’autre. (Irrationnelle = qui dépasse notre raison humaine. Mais irrationnelle ne veut pas dire illogique. Il me semble plus logique en regardant notre monde de croire en un Dieu créateur et personnel que de croire en un univers impersonnel. Les scientifiques en sont la preuve : n’est pas scientifique qui veut… (du moins pour avoir du succès!). Cloner un autre être (qui s’approche le plus d’un acte créateur – bien qu’à partir d’une matière qui existe déjà) necéssite pour les chercheurs une connaissance immense… la preuve est donc ainsi faite : il est plus logique de voir une intelligence derrière le monde que pas d’intelligence.
    En terminant, je crois que la question à répondre, si vous voulez déprouver l’existence de Dieu est de trouver une réponse adéquate à « pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien » ?
     
     

  10. Salut Jean-Seb, merci pour ton commentaire que j’endosse totalement. Petite remarque sémantique anodine: je préfère dire supra-rationnel que irrationnel lorsqu’il est question d’une raison qui transcende celle de l’homme.

  11. Jean-Sébastien dit :

    J’aime l’idée du supra-rationnel… vendu 😉

  12. George dit :

    Bonjour!

    J’aimerais participer à cette discussion. Je suis athée et mes parents sont tous deux biologistes.

    J’aimerais intervenir,  Pascal, lorsque vous parlez de mécanisme et de causalité. Pour un athée, la causalité du mécanisme, c’est la nature même. La nature, telle qu’elle est observée par la science, n’a nul besoin de créateur pour expliquer ses phénomènes. C’est la différence entre un phénomène naturel et un phénomène humain : dans la nature, il n’y a pas de dessein. En disant le contraire, vous ne faites que de l’anthropomorphisme : les humains conçoivent des choses, donc le monde a dû être « conçu » par quelqu’un. Je vais retourner votre argument : vous qui parlez de causalité, si, selon vous, une « machine » comme le monde où il y a des êtres complexes comme nous a dû forcément être créé par un créateur, il serait logique dans ce cas de se demander, qui l’a créé, lui. Vous voyez les limites de votre raisonnement…

    L’illusion du dessein est l’une des plus vieille illusion de l’humanité et l’une des plus tenaces. Lorsqu’on comprend bien la théorie de l’évolution, on constate que, par exemple, une créature ou une caractéristique animale qui semblait tout d’abord exister à dessein n’est que le résultat d’une succession interminable de générations, soumises à la sélection naturelle.

    Maintenant, j’aurais une question pour vous, êtes-vous conscient que les évangiles ont été écrites par une multitudes de personnes, recopiées des milliers de fois, souvent en modifiant légèrement ces écritures par le fait d’un immense « jeu du téléphone » ou quelquefois, par volonté politique? Savez-vous que la plupart des personnes qui les ont écrites l’ont fait bien après la mort de Jésus? 

    Ne vous semble t-il pas imprudent d’évoquer ces écritures comme « preuve » d’un créateur, sachant cela? Et pourquoi la Bible et pas le Coran ou un autre texte sacré? Croyez-vous que les milliards d’humains sur la terre qui croient en un autre dieu et qui lisent d’autres écritures appréhendent le monde d’une façon moins valable que la vôtre?

    Ensuite, vous avez évoqué la personnalité. Or, on peut très bien être matérialiste et concevoir que l’être humain peut avoir une personnalité. La composition du cerveau, ses composés chimiques, la sécrétion d’hormones en sont un moteur important. Viennent ensuite évidemment les gènes et la culture dans lequel un être humain a grandi, et enfin ses expériences personnelles. Le concept de personnalité est très bien expliqué par la science, ne vous en déplaise. Là encore, vous avez utilisé un raccourci pour arriver à vos fins. 

    Vous vous demandez comment on peut contempler la beauté du monde et en être émerveillé sans croire en un créateur. Vous présenter cela comme un paradoxe, alors qu’il en est rien. L’émerveillement devant un monde luxuriant de beautés n’est nullement incompatible avec l’idée d’un monde sans créateur. 

     

  13. George dit :

    @ Jean Sébastien

    Vous dites :  » Or, un monde éternel ne règle pas du tout le malaise des athées en ce que un monde qui a toujours existé est 1) contre la science qui croit en un commencement et 2) on demeure avec le problème d’une entité qui a toujours existé ! »

    Contrairement à ce que vous dites, la science « ne croit » pas à un commencement; la science, par définition, ne « croit » pas. C’est la religion qui « croit ». La science « constate » et, avant de pouvoir constater, elle fait des hypothèses basés sur des constatations. Contrairement à la religion, la science n’a pas peur de modifier son point de vue et sa conception du monde si de nouvelles hypothèses sérieuses sont apportées. Ainsi, plusieurs hypothèses scientifiques acceptent l’idée d’un monde sans « commencement » tel que nous le concevons. 

     

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En direct dans…

TOUS LES DIMANCHES
9H - Histoire de la Réforme
10H - Culte dominical
Cliquez ici pour ouvrir la diffusion dans une autre fenêtre.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 3 508 autres abonnés

Archives