Skip links

Des portes ouvertes en Arabie

Par John Folmar
“Ils nous racontaient des histoires de la Bible.” La Sheikha Lubna Al Qasimi, ministre du Commerce extérieur des Émirats arabes unis, racontait récemment ses souvenirs d’enfance d’il y a cinquante ans. Elle rappelait que les chrétiens étaient arrivés dans les années 1950 et qu’ils avaient fondé des hôpitaux de mission pour soigner les gens du pays et réduire le taux de mortalité infantile intolérable. Ces médecins missionnaires étaient aimés des gens du pays. Arrivés avant la découverte des richesses pétrolières, les gens du pays n’ont jamais douté de leurs motivations. La Sheikha se souvient de ces médecins missionnaires qui vivaient ouvertement comme chrétiens parmi les Saoudiens, servant la population locale et racontant même des histoires de la Bible aux gens qui visitaient les cliniques. “Mais personne ne s’est jamais converti”, a-t-elle insisté.

Pourquoi l’évangélisation est-elle si difficile dans les Émirats arabes unis, en Arabie saoudite et dans la région avoisinante? Même quand la semence est répandue (comme ce fut le cas auprès de la Sheikha il y a cinquante ans), pourquoi le sol est-il si dur?

Le problème: l’islam et le matérialisme

Depuis l’arrivée de Samuel Zwemer en Arabie en 1890, l’évangélisation dans cette région a toujours progressé très lentement, faisant face à la résistance de la culture et ne portant souvent aucun fruit visible. Plus récemment, la persécution et la violence religieuses n’ont fait qu’augmenter. Une pression sociale énorme intimide beaucoup de gens du pays qui, autrement, pourraient s’intéresser au christianisme.

Operation World a fait l’observation suivante: “Dans une poignée de pays, les tribunaux ont le droit de condamner à mort un citoyen qui devient chrétien; dans plusieurs autres pays, c’est l’emprisonnement qui attend ceux qui se convertissent. En plus des gouvernements qui prennent position contre une telle apostasie vis-à-vis l’islam, les dirigeants religieux et les membres de la famille font pression sur les nouveaux croyants pour qu’ils reviennent à l’islam, allant parfois jusqu’à assassiner ceux qui refusent.”

À cela s’ajoute l’influence mortelle du matérialisme. La plupart des musulmans croient que c’est Allah qui leur a donné les réserves de pétrole et de gaz dont ils bénéficient actuellement. Leur énorme richesse a permis l’apparition de centres commerciaux et de centres de loisirs somptueux, ainsi qu’un niveau de confort matériel inégalé. Selon les normes de ce monde, la plupart des Arabes du golfe Persique mènent une belle vie. Pourquoi alors changer de religion? Les effets anesthésiants de la richesse combinés à l’influence aveuglante de l’islam entraînent une très grande résistance au changement.

La seule solution: la proclamation de l’Évangile

Dieu a demandé à Ézéchiel de parler à des ossements desséchés et ces ossements ont alors repris vie (Ez 37). Paul a dit que “la foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la parole du Christ” (Rom. 10.17). Nous croyons que la Parole de Dieu est la force la plus puissante de l’univers. Notre travail consiste donc à proclamer le message de l’Évangile ici en Arabie.

Des Églises locales… en Arabie!

La proclamation verbale de l’Évangile se fait tout naturellement dans les Églises locales en santé. Elle déborde ensuite vers l’extérieur: dans les communautés, au travail et dans les écoles. Étonnamment, le nombre d’Églises évangéliques et réformées (surtout composées d’expatriés) augmente de plus en plus, même ici dans la péninsule arabique.

L’Église dans laquelle je sers comme pasteur est devenue de plus en plus centrée sur l’Évangile au cours des dernières années. En plus de la croissance spirituelle constante des croyants, nous avons été témoins de la conversion de gens venus de partout dans le monde. Notre Église désire de plus en plus servir de “plate-forme pour la proclamation de l’Évangile” dans les Émirats arabes unis et dans toute la région. Et nous ne sommes pas les seuls. Nous avons implanté une autre Église évangélique de l’autre côté de la ville et la bonne nouvelle de Jésus-Christ pénètre maintenant dans de nombreux quartiers de Dubaï.

Avec l’aide de l’Association réformée au Moyen Orient (Middle East Reformed Fellowship ou MERF), un réseau d’Églises qui partagent un même point de vue est en développement dans toute la région (Bahreïn, Beyrouth, Qatar), mettant en commun des ressources limitées, échangeant des idées et encourageant le développement d’Églises en santé et fidèles.

La formation pastorale

Les pasteurs et les missionnaires sont mieux formés au sein même d’Églises locales en santé que dans les séminaires. Nous avons donc établi un programme de stage pastoral à Dubaï pour des jeunes candidats au pastorat, afin qu’ils aient de bons modèles d’implantation d’Église et qu’ils puissent ensuite être envoyés pour continuer le travail d’évangélisation, de pastorale et d’implantation d’Église. Cette approche porte déjà du fruit.

Le travail parmi les étudiants

Les campus universitaires sont les endroits les plus prometteurs pour l’évangélisation. Au Qatar, dans les Émirats arabes unis et même en Arabie saoudite, ces centres multiculturels sont des oasis de liberté de pensée dans une société musulmane par ailleurs répressive. Par exemple, un dialogue entre chrétiens et musulmans, tenu récemment au Village de la connaissance de Dubaï, a été bien accueilli par les gens de la région.

Une évangélisation stratégique: l’internet et la radio

Le printemps arabe a démontré que des pays “fermés” sont en fait ouverts aux médias. Des millions de jeunes gens, des deux côtés du golf arabique, utilisent l’internet et sont curieux. Nous n’avons pas encore pleinement exploité les possibilités d’évangélisation et de formation disponibles sur internet et via les ondes radiophoniques — en particulier en Iran, où l’intérêt semble exceptionnellement élevé.

Il est évident que nous avons encore beaucoup de chemin à faire. Les croyants d’Arabie ont besoin d’endurance, de liens avec d’autres et de prière. Les Églises ici ont besoin de courage et de fidélité à l’Évangile. Nous avons toutefois confiance que le Dieu souverain est à l’oeuvre dans les coulisses et nous voulons continuer à semer la Parole jusqu’à ce qu’il vienne.

• Remercions Dieu pour les occasions de répandre l’Évangile en Arabie.
• Prions pour les chrétiens mis en danger par les troubles et l’agitation dans d’autres pays arabes.


Paru dans la revue Lumière sur mon sentier Vol. 6, No. 4, hiver 2011, également disponible pour abonnement en format papier.
Traduit et réimprimé avec permission. John Folmar, “Open Doors in Arabia”, MERF News, octobre 2011.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.