Commentaire sur le Psaume 34

  1. Pour David, lorsqu’il déguisa sa raison devant Abimélec et que chassé par lui il s’en alla.
  2. A. Je bénirai l’Éternel en tout temps, sa louange sera dans ma bouche constamment.
  3. B. Mon âme se glorifiera en l’Éternel : les débonnaires l’entendront et se réjouiront.
  4. C. Magnifiez l’Éternel avec moi! et exaltons son nom tous ensemble!
  5. D. J’ai cherché l’Éternel et il m’a répondu, et il m’a délivré de toutes mes terreurs.
  6. E. Regarde-t-on vers Lui, on est illuminé, et leur visage n’aura point à rougir.
  7. G. Ce malheureux a crié et l’Éternel a entendu, et l’a délivré de toutes ses détresses.
  8. H. L’Ange de l’Éternel campe autour de ceux qui le craignent, et il les délivrera.
  9. I. Goûtez et voyez combien l’Éternel est bon! Heureux l’homme qui se réfugie en Lui!
  10. K. Craignez l’Éternel, vous, ses saints! car rien ne manque à ceux qui le craignent.
  11. L. Les lionceaux souffrent disette et faim, mais ceux qui cherchent l’Éternel ne manquent d’aucun bien.
  12. M. Venez, enfants, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte de l’Éternel.
  13. N. Y a-t-il un homme qui prenne plaisir à la vie, qui souhaite des jours pour goûter le bonheur?
  14. O. Garde ta langue de mal et tes lèvres de proférer la fausseté.
  15. P. Détourne-toi du mal et pratique le bien, recherche la paix et la poursuis.
  16. Q. Les yeux de l’Éternel sont sur les justes, et ses oreilles ouvertes à leur cri.
  17. R. La face de l’Éternel est contre ceux qui font le mal, pour retrancher de la terre leur souvenir.
  18. S. Ils crient et l’Éternel entend et il les délivre de toutes leurs détresses.
  19. T. L’Éternel est près des cœurs brisés, et il assiste ceux qui ont l’esprit abattu.
  20. U. Les maux du juste sont nombreux, mais l’Éternel le délivre de tous.
  21. V. Il garde tous ses os, pas un d’eux n’est brisé.
  22. X. Le mal fait mourir le méchant, et ceux qui haïssent le juste sont condamnés.
  23. R. L’Éternel rachète l’âme de ses serviteurs, et tous ceux qui se confient en Lui ne seront point condamnés.

Le titre de ce Psaume nous apprend qu’il se rapporte à une circonstance de la vie du psalmiste qui est racontée dans 1 S 21.10,15. Obligé de quitter la Judée à cause des persécutions de Saül, il s’était réfugié à Gath dans le pays des Philistins[1] ; mais là, se trouvant menacé d’un nouveau danger de la part de ces anciens ennemis du peuple d’Israël, il se fit passer pour insensé et parvint ainsi à désarmer la défiance du roi qui le laissa quitter ses états sans lui avoir fait aucun mal. David, reconnaissant que c’était à la protection de Dieu qu’il devait cette délivrance bien plus qu’à son stratagème, composa ce beau Psaume dans lequel il célèbre le bonheur et la sécurité de ceux qui appartiennent au peuple de l’Éternel. Le moyen auquel le psalmiste eut recours ne saurait être approuvé ; il était de ceux que la sagesse de ce monde peut seule suggérer, et David le condamna sans doute lui-même lorsque sa foi aux promesses de Dieu fut devenue plus simple et plus énergique. Ce fut aussi par manque de foi qu’Abraham eut recours à un mensonge pour sauver sa vie (Gn 20.2). Ces faiblesses des serviteurs de Dieu ont été consignées dans nos saints livres non pas pour que nous les imitions, mais pour nous porter à la vigilance. « Il est inutile de travailler à disculper David ; il faut reconnaître qu’il fut coupable, puisque au lieu de se recommander simplement à Dieu, il exposa aux moqueries des impies sa propre personne et la grâce de l’Esprit qui le conduisait. On peut très bien admettre que Dieu se plaît quelquefois à délivrer ses enfants lors même qu’ils se trompent dans le choix des moyens. C’est ainsi que Jacob obtint la bénédiction par la faveur de Dieu, bien que sa mère eût employé une fraude coupable » (Calvin). — Dans les livres historiques, le roi de Gath, sous lequel se passa cet événement, est nommé Akis, tandis que dans le titre du Psaume il est nommé Abimélec, mais il n’y a pas contradiction, parce qu’Abimélec était un titre que les rois des Philistins portaient indépendamment de leur propre nom, de même que les rois d’Égypte portaient celui de Pharaon.

Ce Psaume est alphabétique (voir l’Introduction, chap. V). Les seules irrégularités sont l’omission d’une des lettres de l’alphabet (après le verset 6), et la répétition dans le dernier verset de celle qui se trouvait déjà au verset 17. On ne peut pas plus y marquer des strophes que dans le Ps 25.

Verset 2. Je bénirai l’Éternel en tout temps, sa louange sera dans ma bouche constamment.

« En tout temps, » c’est à dire dans l’adversité aussi bien que dans la prospérité. St-Paul nous invite aussi à « rendre grâces pour toutes choses » (Ep 5.20) et à « nous réjouir toujours dans le Seigneur. » Ph 4.4.

Verset 3. Mon âme se glorifiera en l’Éternel : les débonnaires l’entendront et se réjouiront.

Le psalmiste donne à entendre que les louanges de Dieu – ne seront pas sur ses lèvres seulement, mais dans son cœur. « Les débonnaires » (Voyez Ps 9.19). — La délivrance d’un enfant de Dieu est pour tous les autres un sujet de joie et d’encouragement.

Verset 4. Magnifiez l’Éternel avec moi! et exaltons son nom tous ensemble!

Invitation adressée aux débonnaires.

Verset 5. J’ai cherché l’Éternel et il m’a répondu, et il m’a délivré de toutes mes terreurs.

Il est encourageant de savoir que David lui-même, cet homme si puissant dans la foi, a eu des moments dans lesquels il a connu l’angoisse et l’effroi.

Verset 6. Regarde-t-on vers Lui, on est illuminé, et leur visage n’aura point à rougir.

Regarder l’Éternel ou à l’Éternel, c’est mettre sa confiance en Lui (Comp. Es 31.1). « Dans nos détresses nous devons regarder le Seigneur, comme un enfant malade regarde ses parents » (Arndt). — « Être illuminé, » expression qui représente à la fois des délivrances extérieures et des consolations au dedans (Comp. Ps 4.7, 13.4).

Verset 7. Ce malheureux a crié et l’Éternel a entendu, et l’a délivré de toutes ses détresses.

C’est probablement de lui-même que David veut parler.

Verset 8. L’Ange de l’Éternel campe autour de ceux qui le craignent, et il les délivrera.

Calvin et plusieurs autres commentateurs pensent que le mot ange doit être pris dans un sens collectif (les anges) et qu’il n’est ici question que de l’intervention des bons anges en faveur des fidèles, doctrine consolante et très biblique (Comp. Hé 1.14 ; Gn 32.1-2 ; 2 R 6.16-17). Cependant il nous paraît probable que si le psalmiste avait voulu exprimer cette idée, il aurait employé le pluriel et que puisqu’il s’est servi du singulier il a voulu parler de Celui qui est l’envoyé, le messager (c’est le sens du mot hébreu (maleak) que nous traduisons par ange) par excellence, d’un être bien supérieur aux anges créés, d’un être qui a participé à la nature divine, en un mot du Fils de Dieu lui-même, qui apparaît dans plusieurs passages de l’Ancien Testament sous le nom d’ange de l’Éternel (maleak Jéhova). (Voyez Gn 16.7-13, 19.17-19, 31.11-13, 48.15-16 ; Ex 3.2-6 ; Jg 6.11-14 ; Es 63.9). Dans ces passages le personnage qui est appelé ange de l’Éternel parle et se comporte tout autrement que ne pourrait le faire un ange ordinaire, tellement que l’on doit le considérer comme étant une personne divine, la seconde personne de la Trinité, dont l’apparition sur la terre avant l’époque de son incarnation, paraît également enseignée dans d’autres déclarations de nos saints livres. Jean 1.10-11 ; 1 Co 10.9. Les docteurs juifs voient également le Messie dans l’ange de l’Éternel, et cette opinion a été soutenue par la plupart des Pères de l’Église. Dès lors elle l’a été par Vitringa, Jahn, Stier. Ce sujet est traité d’une manière approfondie dans la Christologie de Hengstenberg, 1re édition vol. I, p. 221-249. Cette doctrine a sans doute encore des obscurités pour nous. Il nous est difficile de nous faire une idée un peu nette des apparitions de notre Seigneur, qui ont précédé sa venue, ainsi que de la manière dont s’exerce son intervention dans l’œuvre de la Providence. Mais le fait lui-même est propre à nous inspirer beaucoup de consolation et de joie, et à augmenter notre reconnaissance pour ce divin Sauveur qui daigne entrer dans des rapports si étroits avec ses rachetés et prendre soin de tout ce qui les concerne.

Verset 9. Goûtez et voyez combien l’Éternel est bon! Heureux l’homme qui se réfugie en Lui!

« Goûtez. » La paraphrase chaldéenne ajoute : « avec la bouche du cœur et de l’esprit. » Cette expression est reproduite dans 1 Pi 2.3 ; Hé 6.4-5.

Versets 10-11. Craignez l’Éternel, vous, ses saints! car rien ne manque à ceux qui le craignent. Les lionceaux souffrent disette et faim, mais ceux qui cherchent l’Éternel ne manquent d’aucun bien.

Le psalmiste se proposait peut-être de mettre les fidèles en garde contre la tentation d’employer des moyens illicites pour subvenir à leurs besoins (Comp. Ps 23.1 ; Mt 6.32-33). — « Ses Saints » (Voyez Ps 16.3 ; Ex 19.6 ; Dt 7.6 ; Ep 1.1). — Chercher l’Éternel (Comp. Ps 9.11).

Verset 12. Venez, enfants, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte de l’Éternel.

Le psalmiste invite les fidèles à venir apprendre auprès de lui quels sont les caractères auxquels on peut reconnaître ceux qui ont le droit de s’appliquer les promesses de Dieu. Il n’est pas probable qu’il ait en vue dans cette exhortation les enfants proprement dits, les jeunes gens ; enfants est un nom exprimant l’affection et donné quelquefois dans l’Écriture à ceux que l’on veut instruire et dont on désire gagner le cœur (Pr 1.8 ; Jn 13.33 ; 1 Jn 2.1).

Verset 13. Y a-t-il un homme qui prenne plaisir à la vie, qui souhaite des jours pour goûter le bonheur?

Ce verset et les quatre suivants sont cités dans 1 Pi 3.10-12. La forme interrogative est destinée à fixer davantage l’attention (Comp. Ps 15.1). — Le contexte indique que c’est d’une vie de bonheur qu’il s’agit ; mais notre pensée ne doit pas s’arrêter à la vie présente (Comp. Ps 16.11).

Verset 14. Garde ta langue de mal et tes lèvres de proférer la fausseté.

Ici comme ailleurs (Ps 15, etc.), le psalmiste nous montre le fidèle principalement dans l’accomplissement de ses devoirs envers le prochain, parce que là l’hypocrisie est moins facile que lorsqu’il s’agit des obligations envers Dieu. — Le gouvernement de la langue exige une attention particulière (Comp. Pr 4.24 ; Jc 3.2-12).

Verset 15. Détourne-toi du mal et pratique le bien, recherche la paix et la poursuis.

Ce n’est pas assez de s’abstenir du mal, il faut faire le bien. « Ce n’est rien de ne pas dérober ; tu dois habiller ceux qui sont nus » (St-Augustin). — Nous devons faire des efforts sérieux et persévérants pour maintenir la paix et pour la rétablir quand elle a été troublée (Comp. Mt 5.9 ; Rm 12.18).

Verset 16. Les yeux de l’Éternel sont sur les justes, et ses oreilles ouvertes à leur cri.

« Les yeux de l’Éternel » (Comp. Ps 32.8, 33.18). « Rien ne soutient mieux notre patience que d’être bien persuadés que Dieu nous regarde. Pour conserver la modération, rien n’est plus utile que de pouvoir nous reposer sur notre bonne cause et de faire dépendre notre délivrance de Dieu seul » (Calvin). — « Oreilles » (Comp. Ps 10.18). « Il en est des fidèles comme des serviteurs qui sont rassurés dès qu’ils savent que leurs plaintes parviennent au maître de la maison » (St-Augustin).

Verset 17. La face de l’Éternel est contre ceux qui font le mal, pour retrancher de la terre leur souvenir.

L’impunité des méchants n’est que pour un temps (Comp. Ps 9.4, 21.10).

Verset 18. Ils crient et l’Éternel entend et il les délivre de toutes leurs détresses.

Cette promesse doit nous pousser à la prière. Dieu ne veut pas que nous soyons entièrement passifs dans l’œuvre de notre délivrance.

Verset 19. L’Éternel est près des cœurs brisés, et il assiste ceux qui ont l’esprit abattu.

L’expression l’Éternel est près, trouve un beau commentaire dans Es 58.9. « Tu prieras et l’Éternel t’exaucera ; tu crieras et il dira : « me voici. » — Les mots cœur brisé, esprit abattu, nous rappellent que Dieu veut que nous sentions les afflictions ; l’insensibilité recommandée par les stoïciens n’est pas selon la parole de Dieu (Comp. verset 5).

Verset 20. Les maux du juste sont nombreux, mais l’Éternel le délivre de tous.

« Si les justes étaient exempts de toute affliction, leur foi languirait, ils cesseraient de prier, leur piété demeurerait cachée et ensevelie. Il faut même que leurs maux soient en grand nombre : en effet, ce qui n’arriverait que rarement pourrait paraître fortuit ; mais sa grâce se déploie avec éclat quand les maux reviennent coup sur coup et sans relâche, et que le Seigneur continue à nous tendre la main » (Calvin).

Verset 21. Il garde tous ses os, pas un d’eux n’est brisé.

Le psalmiste veut dire que les soins paternels de Dieu pour les justes s’étendent à toutes les parties de leur corps et à tous les détails de leur vie, de même qu’il est écrit que tous les cheveux de leur tête sont comptés. Mt 10.30. Pour les justes d’entre les hommes, cette promesse ne peut s’accomplir que dans un sens relatif, mais elle s’est accomplie à la lettre en la personne de Jésus-Christ, qui est le Juste par excellence (Ac 3.14), préfiguré par l’Agneau pascal dont les os ne devaient pas être rompus (Jn 19.33-36 ; Ex 12.46).

Verset 22. Le mal fait mourir le méchant, et ceux qui haïssent le juste sont condamnés.

Le mot hébreu que nous rendons par mal peut signifier la souffrance ou la méchanceté. Cette seconde signification donne un parallélisme plus complet entre les deux hémistiches (Comp. Ps 7.15-17).

Verset 23. L’Éternel rachète l’âme de ses serviteurs, et tous ceux qui se confient en Lui ne seront point condamnés.

(Comp. Ps 25.22 ; Rm 8.1).

Pasteur Armand de Mestral, Commentaire sur le livre des Psaumes, p. 248-254


[1] Sur les Philistins, voyez l’explication de Ps 60.10.

Posté dans ARTICLES, Commentaire Psaumes
Tags : , , , , ,
About the Author
Pascal est pasteur de l'Église réformée baptiste de Saint-Jérôme qu'il sert depuis 2005. Il est marié avec Caroline et ensemble ils sont les heureux parents de quatre enfants. Pascal a complété un baccalauréat et une maîtrise en théologie à la Faculté de théologie évangélique de Montréal. Il est l'auteur des livres: Une alliance plus excellente (2016, Impact Académia) – Solas, la quintessence de la foi chrétienne (2015, Cruciforme) – The Distinctiveness of Baptist Covenant Theology (2017 Revised Edition, Solid Ground Christian Books).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez chaque publication par courriel

Rejoignez 3 077 autres abonnés

En direct dans…

TOUS LES DIMANCHES
9H - Histoire de la Réforme
10H - Culte dominical
Cliquez ici pour ouvrir la diffusion dans une autre fenêtre.

Archives