Jésus et le sabbat – Matthieu 12.1-8

Quelle était l’intention de Jésus par rapport au sabbat? Comment s’est-il comporté vis-à-vis de ce commandement et l’a-t-il aboli pour l’Église de la Nouvelle Alliance? Pourquoi l’accusait-on sans cesse de transgresser le sabbat? Qu’est-ce que la venue du Christ à changé dans l’ordonnance du sabbat? Voilà sur quoi portera ce message.

Ci-dessous vous trouverez le texte de ce message. Vous pouvez également utiliser le PDF.

Télécharger en mp3 | Semaine prochaine: He 4:9-10He 4:9-10
French: Louis Segond (1910) - SEG

9 Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu. 10 Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses oeuvres, comme Dieu s`est reposé des siennes.  

WP-Bible plugin
| Notre page de sermons

Intro

La semaine dernière nous avons débuté un enseignement sur le Jour du Seigneur. Nous avons examiné cinq arguments pour expliquer que nous n’observons pas le septième, mais le premier jour de la semaine. Nous avons vu premièrement l’origine de la tradition qui remonte tous les siècles jusqu’aux apôtres et au Seigneur. Ensuite nous avons examiné dans le N.T. l’observation du premier jour de la semaine dans l’Église apostolique. Nous avons dit que la raison pour laquelle l’Église observait le premier et non le septième jour était le jour de la résurrection. Ce jour de la résurrection, qui représente en fait le huitième jour de la création qui se poursuit comme nouvelle création dans la résurrection du Christ, était annoncé dans le symbolisme du huitième jour dans l’A.T. Cinquièmement, nous avons vu que non seulement le N.T. insiste sur la position de ce jour, mais encore lui donne un nom : le Jour du Seigneur. Ce nom est même confirmé dans les écrits chrétiens les plus anciens après le N.T., nommément la Didaché (14.1) et la lettre d’Ignace d’Antioche aux Magnésiens (9.1).

C’est bien beau tous ces arguments, mais Jésus n’a-t-il pas aboli le sabbat? N’est-il pas lui-même le nouveau sabbat et non un jour en particulier? Avant de répondre à ces questions, lisons un passage de l’Écriture :

Mt 12.1-8  En ce temps -là, Jésus traversa des champs de blé un jour de sabbat. Ses disciples, qui avaient faim, se mirent à arracher des épis et à manger.  2 Les pharisiens, voyant cela, lui dirent: Voici, tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire pendant le sabbat.  3 Mais Jésus leur répondit: N’avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu’il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui;  4 comment il entra dans la maison de Dieu, et mangea les pains de proposition, qu’il ne lui était pas permis de manger, non plus qu’à ceux qui étaient avec lui, et qui étaient réservés aux sacrificateurs seuls?  5 Ou, n’avez-vous pas lu dans la loi que, les jours de sabbat, les sacrificateurs violent le sabbat dans le temple, sans se rendre coupables ?  6 Or, je vous le dis, il y a ici quelque chose de plus grand que le temple.  7 Si vous saviez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n’auriez pas condamné des innocents.  8, Car le Fils de l’homme est maître du sabbat.

Nous voyons régulièrement le Seigneur confronter les pharisiens sur la question de l’observation du sabbat et être accusé de le transgresser. Certains concluent que Jésus, en venant établir la Nouvelle Alliance, a laissé de côté le sabbat. En réalité, les récits des évangiles nous montrent plutôt que le Seigneur a observé le sabbat selon l’intention divine véritable et ne s’est pas conformé à la conception erronée des docteurs de la loi de son temps.

L’apôtre Paul nous dit du Christ qu’il est « né sous la loi » (Ga 4:4Ga 4:4
French: Louis Segond (1910) - SEG

4 mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d`une femme, né sous la loi,  

WP-Bible plugin
). Il est impensable qu’il ait transgressé la loi puisqu’il venait pour accomplir cette loi en gardant tous les commandements de Dieu dans les moindres détails (Mt 5:17-19Mt 5:17-19
French: Louis Segond (1910) - SEG

17 Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18 Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu`à ce que tout soit arrivé. 19 Celui donc qui supprimera l`un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.  

WP-Bible plugin
). De plus, lorsqu’on considère les accusations des juifs contre Jésus en ce qui a trait à l’observation du sabbat, si tout ce qu’ils ont pu trouver contre lui fut qu’il guérit des malades le jour du sabbat ou permit à ses disciples de préparer leur nourriture ou encore d’avoir dit à un homme qu’il avait guéri de transporter son lit… c’est donc que Jésus devait observer le sabbat de manière irréprochable.

Afin de bien comprendre le rapport de Jésus avec le sabbat, certaines considérations préliminaires doivent être prises en compte. Nous devons premièrement situer le cadre global du sabbat pour arriver à comprendre comment la venue de Christ a affecté l’ordonnance du sabbat.

1. Jésus a observé le sabbat qu’il considérait comme étant une ordonnance créationnelle perpétuelle

Notre difficulté, comme lecteurs modernes de la Bible, est que nous considérons le sabbat comme une prescription pour le peuple juif seulement et que nous pensons que la façon pharisienne d’observer le sabbat était la façon biblique de le faire. Rien n’est plus erroné! Le sabbat n’était pas une ordonnance juive restreinte à l’Ancienne Alliance, mais il s’agit d’une ordonnance créationnelle, donc universelle et permanente pour tous les hommes. Il a été intégré à l’alliance sinaïtique et a eu une application particulière pour le peuple d’Israël, mais il remonte à la création et concerne tous les hommes. Le Créateur, après s’être reposé le 7e jour, a sanctifié ce jour pour tous les hommes :

Gn 2.3  Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son oeuvre qu’il avait créée en la faisant.

Lorsque le 4e commandement fut donné à Israël, ce fut sur la base de cette ordonnance créationnelle, universelle et permanente :

Ex 20.8-11   8 Souviens-toi[1] du jour du repos, pour le sanctifier.  9 Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage.  10 Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes.  11 Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour: c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié.

L’implication est la suivante : le commandement de consacrer un jour sur sept à Dieu n’est pas une loi cérémonielle, circonstancielle et temporaire, mais un commandement moral, universel et permanent. En ne consacrant pas un jour à leur Créateur, les hommes pèchent de la même façon qu’ils pèchent en servant d’autres dieux ou en prenant le Nom de Dieu en vain. Le sabbat a été donné à tous les hommes comme ordonnance créationnelle de la même façon que la valeur sacrée de la vie, le mariage et le travail l’ont été. Cela fait partie de l’expérience humaine normale et normative.

Voici à nouveau la première portion du paragraphe de notre confession de foi concernant cette doctrine :

1689 : 22.7  « Comme c’est une loi de la nature, qu’en général, une certaine mesure du temps soit, par ordonnance de Dieu, mise à part pour lui rendre un culte, il a aussi spécialement désigné, par un commandement positif, moral et perpétuel de sa Parole obligatoire pour tous les hommes de tous les temps, un jour sur sept comme sabbat qui lui doit être consacré. »

La première fois que j’ai été exposé à cette doctrine, j’ai pensé comme vous : « Mais non! Franchement! » Puis j’ai été forcé d’admettre que si cet enseignement me paraissait douteux c’est parce que je n’y avais jamais été exposé et non parce qu’il n’était pas biblique. À nouveau, j’ai été forcé d’admettre que la Bible présente le sabbat dès la création, qu’elle l’inclut dans la loi morale de Dieu et que Jésus n’a pas aboli cette ordonnance.

Ce n’est pas banal que Jésus ait maintenu le sabbat comme ordonnance créationnelle en considérant qu’il a aboli certaines institutions qui paraissaient encore plus centrales : le Temple par exemple.

Jn 4.21  Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père.

Le Temple était pourtant au cœur de la vie religieuse du peuple de Dieu. Cependant, comme il représentait la rédemption qui a maintenant été accomplie une fois pour toutes en Jésus-Christ, son temps fut révolu (Hé 9.8-10). Certains diront il en va de même du sabbat : il pointait vers le repos qui est venu avec le salut en Jésus-Christ… Cependant, tant que la promesse d’entrer dans son repos subsiste, le repos demeure une réalité future. C’est exactement le point de l’auteur de l’Épître aux Hébreux au chapitre 3 et 4. Nous reviendrons plus en détail sur ce passage et son lien avec l’observance du sabbat dans mon prochain message. Pour l’instant il est important d’affirmer ceci :

  • L’auteur considérait que l’offre d’entrer dans le repos de Dieu subsiste depuis le commencement de la création; depuis que le Créateur est entré dans son repos.
  • Il enseigne que le repos ne fut pas la conquête de la terre promise, qui symbolisait la reconquête du monde par le Seigneur et son peuple, mais bien par Christ qui a reconquis la création.
  • Depuis le commencement, un jour sur sept a été consacré dans la semaine comme signe et sacrement de ce repos.
  • Comme d’autres ordonnances de l’Ancienne Alliance, ce signe a subi une modification avec l’accomplissement de la rédemption, mais subsiste sous une forme définitive.
  • Par exemple, la Pâque s’est transformée en Repas du Seigneur. Le baptême dans la mer jour et les diverses ablutions juives sont devenus le baptême chrétien. Le sabbat et devenu le Jour du Seigneur.
  • Dans chacun de ces, cas il a une cessation avec la première ordonnance, mais la cessation fait place à une nouvelle ordonnance qui maintient la réalité visée dans la première ordonnance.
  • Nous verrons que l’auteur d’Hébreux déclare explicitement que le peuple de Dieu doit encore observer l’ordonnance du sabbat dans l’attente du repos éternel, mais il le fait sur une nouvelle base.

Revenons à Jésus. Il a donc gardé le sabbat comme ordonnance faite pour tous les hommes : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat ».Vous ne trouverez aucune occurrence où Jésus déclare que le sabbat était temporaire, qu’il sera aboli sous son règne. Jésus honore le sabbat comme un jour de délice et un jour particulier pour célébrer et manifester la grâce de Dieu par des guérisons et des miracles.

Les apôtres, qui ont déclaré les lois alimentaires et cérémonielles ainsi que la circoncision comme étant des prescriptions révolues sous la Nouvelle Alliance, ont pourtant continué à consacrer un jour sur sept au Seigneur. Il y a eu l’établissement d’un nouveau sabbat, qui maintenait donc l’ordonnance créationnelle du sabbat (Ac 20.7 ; 1 Co 16.2 ; Ap 1.10). Quelqu’un dira : « Oui, d’accord! Jésus n’a pas aboli le sabbat, mais Paul l’a fait dans Colossiens 2.16 »

Col 2.16-17   16 Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats:  17 c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.

Nous devons réconcilier cette affirmation avec le fait que Paul ait observé le premier jour de la semaine et ait prescrit à l’Église de s’assembler chaque dimanche pour rendre un culte à Dieu en Jésus-Christ. Dans ce passage et dans les deux autres similaires (Rm 14.5-6 et Ga 4.9-10), Paul n’enseigne pas la fin du sabbat, mais s’oppose aux judaïsants qui ignoraient que la venue de Christ avait modifié les ordonnances données au peuple d’Israël : les fêtes, les diètes, les rituels, etc. Paul n’est certainement pas en train de dire que le commandement du sabbat, qui remonte à la création et qui a été promulgué dans la loi morale de Dieu était dorénavant caduque. Il ne parle pas du sabbat, mais des sabbats qui étaient des fêtes religieuses « ombre des choses à venir ». Permettez-moi de vous citer Gerardus Vos sur cette question :

Le sabbat est passé par plusieurs phases de développement de rédemption, il est demeuré le même dans son essence, mais fut modifié dans sa forme selon que chaque époque de l’histoire de la rédemption le nécessitait[2].

Les patriarches observèrent le sabbat d’une façon différente d’Israël. Israël reçut des prescriptions propres à son époque. Et maintenant l’Église observe le sabbat sous une forme nouvelle qui est aussi la forme finale du sabbat jusqu’à ce que le peuple de Dieu soit entré dans le repos final. C’est ce que nous verrons en étudiant Hébreux 4. Voyons maintenant comment le Seigneur a interprété le jour du sabbat.

 

2. Jésus a enseigné que le sabbat a été fait pour l’homme

Plusieurs chrétiens ont, à mon humble avis, une mauvaise façon de comprendre les affirmations de Jésus par rapport à la loi de Dieu. Par exemple, en lisant le Sermon sur la montagne, plusieurs pensent qu’à un certain point dans son discours Jésus s’oppose à Moïse et qu’il modifie les exigences de Dieu envers l’homme. « Vous avez entendu qu’il a été dit… mais moi je vous dis… » devient : « Moïse vous a dit… dorénavant, moi je vous dis ». En vérité, Jésus ne s’oppose pas à Moïse et ne change en rien les exigences de Dieu communiquées par sa loi. Jésus s’oppose plutôt à la mauvaise interprétation rabbinique de Moïse et donne la juste interprétation de la loi. Jésus ne modifie pas Moïse, il explique comment il faut le comprendre.

De la même façon, certains croient que Jésus abolit le sabbat en ne le respectant pas. Pourquoi pensent-ils ainsi? Parce que Jésus leur semble transgresser le sabbat et même admettre de le faire:

Mt 12.2-5  Voici, tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire pendant le sabbat.  3 Mais Jésus leur répondit: N’avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu’il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui;  4 comment il entra dans la maison de Dieu, et mangea les pains de proposition, qu’il ne lui était pas permis de manger, non plus qu’à ceux qui étaient avec lui, et qui étaient réservés aux sacrificateurs seuls?  5 Ou, n’avez-vous pas lu dans la loi que, les jours de sabbat, les sacrificateurs violent le sabbat dans le temple, sans se rendre coupables ?

La clé pour la compréhension de ce passage est la suivante : les disciples du Seigneur n’étaient pas en train de transgresser le sabbat. Selon la tradition des juifs, ils le transgressaient, mais Jésus affirme que selon leur tradition David et même les sacrificateurs, qui pourtant suivent les prescriptions de la loi, transgresseraient le sabbat. L’erreur des pharisiens était de prendre les exigences de certains sabbats, comme celui du jour des expiations où aucune activité n’était permise, pas même la préparation d’un repas, puis d’appliquer cela uniformément à tous les sabbats. Pourtant la loi était beaucoup plus flexible quant aux sabbats ordinaires. Elle n’exigeait pas l’inactivité et ne condamnait pas l’homme pour l’exécution de travaux nécessaires même en cette journée.

Jésus accuse les pharisiens d’avoir complètement changé le sens du sabbat : alors qu’il devait être un bienfait pour l’homme et un repos grâce à la miséricorde divine, ils en ont fait une malédiction et une prison. C’est pourquoi il leur dit qu’ils doivent apprendre ce qu’est la miséricorde de Dieu et cesser de condamner des innocents. C’est également l’hypocrisie des pharisiens que Jésus dénonce au verset 7 : ils se conformaient en apparence aux exigences externes de la loi, mais transgressaient l’essence et l’esprit de la loi. En se prétendant justes et en accusant des innocents ils commettaient un grave péché et s’enfonçaient dans leur aveuglement.

N’approchez pas le sabbat, ou si vous préférez le Jour du Seigneur, comme des pharisiens en faisant de ce jour de grâce un jour de condamnation. Ne vous accusez pas vous-mêmes pour des œuvres de nécessité que vous devez mener en ce jour, mais ne profanez pas ce repos en négligeant de le consacrer à Dieu. Faites du Jour du Seigneur votre moment préféré de la semaine et un jour privilégié pour rassasier votre âme par une sainte communion avec le Seigneur et son Église. Apprenez à exercer la miséricorde en ce jour, à visiter les personnes seules ou malades et à observer un temps de repos en famille. Rappelez-vous que votre Créateur a créé ce jour pour votre bien, pour donner un rafraîchissement à votre âme et votre corps qui en ont besoin. Bénissez Dieu pour ce bienfait et réunissez-vous avec son peuple qu’il convoque en sainte assemblée en ce jour.

 

3. Jésus est maître du sabbat

Les dernières paroles du Seigneur par lesquelles il répond aux pharisiens sont très révélatrices :

Mt 12.6-8   6 Or, je vous le dis, il y a ici quelque chose de plus grand que le temple.  7 Si vous saviez ce que signifie: Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n’auriez pas condamné des innocents.  8 Car le Fils de l’homme est maître du sabbat.

Je désire attirer votre attention sur le dernier verset : « le Fils de l’homme est maître du sabbat ». Que signifie cette affirmation? À nouveau, certains comprennent que Jésus déclare qu’il a l’autorité pour abolir le sabbat. Il s’agit d’une mauvaise lecture… Être le maître de quelque chose n’est jamais associé à l’abolition, mais plutôt à la promulgation (Mt 9.38 ; 11.25 ; 20.8). D’une part il faut comprendre que Jésus affirme avoir l’autorité d’interpréter correctement la Parole de Dieu en ce qui concerne le sabbat. Son interprétation est normative, tandis que celle des pharisiens doit être rejetée. Mais il faut également rapprocher cette affirmation du point précédent puisqu’ils se présentent logiquement ensemble :

Mc 2.27-28  Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat,  28 de sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat.

Le sabbat a été fait pour l’homme et Jésus est le Fils de l’homme. Le sabbat a été donné au premier homme et par lui à toute l’humanité, mais Adam n’a pas conduit les fils de l’homme dans le repos. Christ est le dernier Adam, une expression connexe à « Fils de l’homme ». Il est le dernier homme qui sera le chef de l’humanité, car en lui sera recréé l’homme une fois pour toutes. Christ est le nouveau chef des hommes, il est donc le maître du sabbat qui a été fait pour l’homme. Sa mission ne consiste pas à abolir le sabbat du royaume qu’il est venu établir, mais à l’accomplir en faisant entrer les hommes avec lui dans le repos du Créateur. Comme maître du sabbat, le Fils de l’homme a également changé le jour du repos en nous donnant un jour qui représente dorénavant le sabbat accompli. Il est entré dans son repos le jour de la résurrection qui était le premier jour de la semaine. En gardant ce jour, nous sommes invités à entrer avec Christ dans son repos. Jésus a reçu l’autorité de changer ainsi le jour du sabbat puisqu’il en est maître.

Lecture : Luc 13:10-16Luc 13:10-16
French: Louis Segond (1910) - SEG

10 Jésus enseignait dans une des synagogues, le jour du sabbat. 11 Et voici, il y avait là une femme possédée d`un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser. 12 Lorsqu`il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit: Femme, tu es délivrée de ton infirmité. 13 Et il lui imposa les mains. A l`instant elle se redressa, et glorifia Dieu. 14 Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule: Il y a six jours pour travailler; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. 15 Hypocrites! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son boeuf ou son âne, pour le mener boire? 16 Et cette femme, qui est une fille d`Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat?  

WP-Bible plugin

 


[1] G.K. Beale indique que l’expression « souviens-toi » peut signifier « observe le jour du repos » mais elle peut aussi avoir l’idée de regarder en arrière (se souvenir) d’où vient le jour du repos afin de le sanctifier. A New Testament Biblical Theology, p. 781.

[2] Biblical Theology, p. 139

L'Église évangélique est établie à St-Jérôme au Québec depuis 1974. En cours de route cette Église a adopté la Confession de foi baptiste de Londres de 1689 et a joint l'Association d'Églises réformées baptistes du Québec. Visitez notre site internet pour en savoir plus: www.prechelaparole.com

Posté dans Le jour du Seigneur, SERMONS, Théologie
Tags : , , , ,
4 commentaires pour “Jésus et le sabbat – Matthieu 12.1-8
  1. Togouan Roger dit :

    Bonsoir mon bien aimé dans le Seigneur,je suis pas d’avis avec vous sur ces affirmations au contraire ,c’est celui qui respecte le septième jour qui vraiment adore le vrai Dieu car au commencement Jésus était avec  Dieu au moment de la création tout a été fait par lui et rien de ce qui a été n’a été sans lui .Nul part dans la Bible Jésus n’a interdit de pratiquer le sabbat pire lui même va dans les synagogues le jour du sabbat ; l’adoration du jour n’est d’autre qu’une invention du conseil papale

  2. Il faut alors expliquer pourquoi l’apôtre parle des sabbats comme de l’ombre des choses à venir auxquelles ne sont plus soumis les croyants de la Nouvelle Alliance (Col 2.16-17) et pourquoi il prescrit à l’Église de consacrer le dimanche (1 Co 16:2). Pourquoi Jean appelle le dimanche le Jour du Seigneur (Ap 1:10). Attention: nous reconnaissons le commandement du sabbat, nous croyons simplement qu’il y a eu un changement de jour. Avez-vous regardé ce message:

    J’aurai un troisième argument dimanche prochain sur la base de Hébreux 4:9-10 (mais je ne dois pas révéler mon contenu pour l’instant ;-)

  3. Togouan Roger dit :

    Bonsoir je n’ai pas regardé le message ,mais  je voudrais que vous sachiez que Dieu ne change pas ;entre les réalités de Paul et de Dieu il y a un grand fossé .Que les gens cessent de nous tromper l’heure de la vérité a sonné et personne ne plus l’empêcher ;ses leaders de l’église à savoir  Pierre et Paul et consorts ont été tués par les romains assistés pas des juifs impuissant devant la force des romains  Ils savent bien que le dimanche est à leur actif et chaque  fois que nous les évangéliques se réclament de ce côté ,ils s’en moquent je le dis bien le huitième est diabolique et ne respecte aucun principe biblique .Les autorités catholiques c’est à dire les romains savent bien que c’est le septième jour que nous devons adorer le vrai Dieu . Le faite que Jésus-christ est ressuscité le dimanche colle parfaitement avec le respect du septième jour . Je dois rappeler la mort du christ à une signification ,il est mort pour nous libérer du poids la loi

  4. Togouan Roger dit :

    Nous devons savoir ce que s’est que la loi et les commandements de Dieu , étant le tout puissant dans sa souveraineté ,il sait tout , son fils Jésus -Christ a déclaré ceci : je suis pas venus aboli la loi et les prophètes ,mais les accompli ;accomplis ne veut pas dire suspendu ou non arrêter

Laisser un commentaire

Archives